Allemagne: le moral des investisseurs s’améliore en septembre

AWP

1 minutes de lecture

Profitant de bonnes perspectives pour la croissance allemande sur fond d’accord commercial entre les Etats-Unis et le Mexique, l'indice ZEW a pris 3,1 points.

Le moral des investisseurs allemands s’est amélioré en septembre, profitant de bonnes perspectives pour la croissance allemande sur fond d’accord commercial entre les Etats-Unis et le Mexique, selon le baromètre de l’institut ZEW publié mardi.

Cet indicateur particulièrement instable a pris 3,1 points après avoir affiché -13,7 points en août et atteint en juillet (-24,7 points) son plus bas depuis la crise de la zone euro à l’été 2012.

Le chiffre du mois de septembre est bien supérieur au pronostic des analystes interrogés par Factset, qui tablaient sur -13,0 points.

La remontée du ZEW coïncide avec la croissance soutenue de l’Allemagne au deuxième trimestre, une progression de 0,5% du PIB, à rebours du coup de mou frappant l’Europe selon les données de Destatis publiées mi-août.

L’indice ZEW garde cependant un fort potentiel de reprise alors qu’il se situe à un niveau bien plus bas que sa moyenne à long terme, qui est de 22,9 points.

La confiance des investisseurs concernant la «situation conjoncturelle» s’est également améliorée, à 76,0 points, après 72,6 en août.

«Les craintes concernant l’évolution de la conjoncture se sont légèrement calmées, ce qui s’explique notamment par le nouvel accord commercial entre les Etats-Unis et le Mexique», a commenté Achim Wambach, président du ZEW, cité dans un communiqué.

Après des semaines de discussions, le Mexique et les Etats-Unis se sont accordés sur un texte qui touche à l’automobile (l’un des principaux contentieux), l’agriculture, le droit du travail ou encore la propriété intellectuelle.

Les négociations se poursuivent cependant entre les Etats-Unis et le Canada pour convaincre le Canada de signer le nouveau texte.

Le traité Aléna, qui lie Etats-Unis, Canada et Mexique depuis 1994, est en renégociation depuis août 2017 à la demande de Donald Trump.

A lire aussi...