Allemagne: la confiance des entrepreneurs progresse

AWP

1 minutes de lecture

La progression a toutefois affiché un rythme moindre que les mois précédents, sur fond de rebond de la pandémie de Covid-19.

Le moral des entrepreneurs allemands s’est amélioré en septembre pour le cinquième mois consécutif. La progression a toutefois affiché un rythme moindre que les mois précédents, sur fond de rebond de la pandémie de Covid-19, selon le baromètre IFO publié jeudi.

L’indicateur a gagné 0,9 points sur un mois à 93,4 points, selon ce sondage mensuel effectué auprès de 9000 entreprises allemandes et qui donne un avant-goût de l’activité économique. Il avait atteint 92,5 points en août, gagnant alors 2,1 points sur le mois précédent, selon une estimation légèrement révisée de l’institut.

«Le moral des chefs d’entreprise s’est à nouveau amélioré», résume Clemens Fuest, président de l’IFO, alors que l’indice a connu son plus bas historique en avril, au plus fort des mesures de restriction contre la pandémie. La composante du baromètre évaluant la situation actuelle ressort à 89,2 points, en hausse de 1,3 points sur un mois, en étant tirée par le secteur manufacturier et le commerce de détail.

L’autre composante mesurant les attentes des entrepreneurs pour les six prochains mois affiche, elle, une hausse de 0,5 points, à 97,7 points. L’Allemagne, qui a jusqu’ici mieux résisté que ses voisins à la pandémie, connait une résurgence des cas confirmés de Covid-19, avec plus de 2000 cas recensés jeudi, contre moins de 500 en moyenne durant juillet et août.

Après un plongeon du PIB allemand de 9,7% d’avril à juin par rapport au précédent trimestre, un rebond de 6% de l’agrégat entre juillet et septembre est attendu par les économistes de Deutsche Bank, selon une note publiée jeudi. Pour l’année, le gouvernement allemand table sur un repli de 5,8%, a-t-il communiqué début septembre, revoyant sa prévision en hausse.

«La partie facile de la reprise est terminée», et «les efforts de politique sanitaire et économique doivent désormais aider à ce que le rebond conjoncturel se poursuive à un rythme satisfaisant, même après la croissance record attendue au troisième trimestre», juge Fritzi Köhler-Geib, cheffe économiste à la banque publique KfW.

A lire aussi...