Tokyo dopée par les marchés chinois et la baisse du yen

AWP

1 minutes de lecture

Le Nikkei a gagné 1,83% à 22.714,44 points, signant ainsi une troisième séance de hausse d’affilée, et l’indice élargi Topix a progressé de 1,60% à 1.577,15 points.

La Bourse de Tokyo a clôturé en forte hausse lundi, entraînée par le dynamisme des marchés chinois et la baisse du yen, un mouvement de change favorable aux exportations des entreprises japonaises.

L’indice vedette Nikkei a gagné 1,83% à 22.714,44 points, signant ainsi une troisième séance de hausse d’affilée, et l’indice élargi Topix a progressé de 1,60% à 1.577,15 points.

Malgré les craintes liées à une nouvelle flambée des infections au coronavirus dans le monde, celles-ci «restent plutôt contenues au Japon», ce qui a soutenu l’optimisme des investisseurs à Tokyo, a estimé lundi Ryuta Otsuka, stratégiste chez Toyo Securities cité par l’agence Bloomberg.

Les autorités locales à Tokyo ont annoncé lundi 102 nouveaux cas de Covid-19 dans la région de la capitale japonaise, le principal foyer d’infections dans le pays à l’heure actuelle.

Les investisseurs en Chine ont été particulièrement optimistes lundi, ce qui a rejailli sur la Bourse de Tokyo. Shanghai a terminé sur un bond de 5,71% et Shenzhen de 3,9%, tandis que les gains étaient solides également en fin de séance à la Bourse de Hong Kong.

Du côté des valeurs

Tous les secteurs représentés sur l’indice Nikkei ont fini dans le vert, mais l’indice a été surtout tiré par les télécoms, les nouvelles technologies et le commerce de détail.

NISSAN ENCORE DÉGRADÉ

A l’instar des autres valeurs du secteur automobile nippon, le titre de Nissan a nettement progressé (+5,15% à 414,3 yens), malgré le nouvel abaissement vendredi de la note de sa dette de long terme par Standard & Poor’s, passée de «BBB» à «BBB-», soit juste un cran au-dessus de la catégorie d’investissements considérés comme spéculatifs.

Sans surprise, l’agence de notation financière a estimé que la rentabilité de Nissan devrait souffrir encore davantage que celle de ses grands concurrents dans les 1à 2 ans à venir, en raison des coûts de ses restructurations qui vont s’ajouter à l’impact du Covid-19 sur ses résultats.

Du côté des devises et du pétrole

Le yen se dépréciait face au dollar vers 07H25 GMT, à raison d’un dollar pour 107,58 yens contre 107,51 yens vendredi.

La monnaie japonaise baissait aussi face à l’euro, qui valait 121,49 yens contre 120,93 yens en fin de semaine dernière.

L’euro grimpait face au billet vert, à raison d’un euro pour 1,1292 dollar contre 1,1248 dollar vendredi.

Le marché du pétrole est bien orienté: vers 07H20 GMT le prix du baril de brut américain WTI prenait 1,03% à 41,07 dollars, et celui du baril de Brent de la mer du Nord gagnait 2,06% à 43,68 dollars.

A lire aussi...