Pétrole: nouvelle hausse des stocks US, plus modeste mais au-dessus des attentes

AWP

1 minutes de lecture

Les réserves américaines de brut ont grimpé de 1,9 million de barils au 19 mars. Les analystes s’attendaient à une hausse médiane de 1,35 million de barils.

Les stocks commerciaux de pétrole brut aux Etats-Unis ont progressé la semaine dernière, pour la cinquième semaine consécutive, mais cette progression ralentit.

Selon un rapport de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) diffusé mercredi, les réserves américaines de brut ont grimpé de 1,9 million de barils à 502,7 millions de barils (MB) au 19 mars.

C’est leur plus haut niveau depuis début décembre 2020, a souligné Robert Yawger, de Mizuho USA. «C’est la cinquième semaine d’affilée de gonflement des réserves, la série d’augmentation la plus longue depuis mai 2020. Tout ça, ce sont des gros chiffres», a commenté l’analyste.

Les analystes interrogés par Bloomberg s’attendaient à une hausse médiane légèrement plus modeste de 1,35 MB.

Au cours des semaines précédentes, en raison des intempéries du mois de février qui avaient paralysé le Texas, la production de brut et son stockage avaient été fortement perturbés, provoquant un gonflement des réserves.

Les raffineries américaines ont depuis bien augmenté la cadence, fonctionnant à 81,6% de leurs capacités, et traité 14,4 millions de barils par jour (mbj), soit 7,1% de plus que la semaine précédente.

Après une forte chute du brut la veille, les cours qui se redressaient avant même la publication du rapport alors que la chancelière allemande Angela Merkel est revenue sur ses mesures strictes de confinement pour le week-end de Pâques, accéléraient leur hausse. Le blocage du canal de Suez par un porte-conteneur géant échoué en travers dopait aussi les prix de l’or noir.

Le cours du baril new-yorkais de WTI pour livraison en mai gagnait 5,10% à 60,70 dollars mercredi vers 16H20 GMT.

Du côté des produits pétroliers, les stocks d’essence ont augmenté de 300.000 barils et ceux de produits distillés (fioul et gaz de chauffage) ont fait un bond de 3,8 millions de barils.

Les analystes s’attendaient à des stocks d’essence plus hauts à 1,250 million de barils et des réserves de produits distillées en baisse de 450.000 barils.

La production a grappillé 100.000 barils pour s’établir à 11 millions de barils par jour.

Les importations de brut ont augmenté de 299.000 barils par jour et les exportations ont reculé de 39.000 barils par jour.

Dans les cuves de Cushing dans l’Oklahoma (Centre sud), où se trouve le pétrole WTI coté à New York, les réserves ont fondu de 1,9 million de barils.

A lire aussi...