Pétrole: les stocks américains chutent plus que prévu

AWP

1 minutes de lecture

Les réserves de brut ont décru de 5,9 millions de barils au 9 avril, alors que les analystes tablaient sur une décrue de seulement 2,7 millions.

Les réserves commerciales de pétrole brut aux Etats-Unis ont reculé pour la troisième semaine consécutive, et davantage que les anticipations des analystes, reflétant une reprise de la demande qui a réjoui les cours du brut.

Selon le rapport hebdomadaire de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) diffusé mercredi, les stocks américains de brut ont décru de 5,9 millions de barils (MB), à 492,4 MB, au 9 avril. Les analystes s’attendaient à une décrue bien plus faible de 2,7 MB.

Devant cette chute des stocks bien plus forte que prévu, les cours du brut ont bondi à New York.

Le prix du contrat baril de «light sweet crude» pour livraison en mai prenait 4,27% à 62,75 dollars vers 15H00 GMT. Celui du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin grimpait de 4,08% à 66,27 dollars.

Cette fonte des stocks a reflété une notable accélération de la demande implicite alors que 20,3 millions de barils par jour (mbj) ont été consommés par l’activité américaine, plus d’un million de plus que la semaine précédente.

De plus, les exportations ont été réduites de 855.000 bj à 2,5 mbj. Les importations ont ralenti aussi de 400.000 barils par jour à 5,8 mbj.

Les raffineries ont encore augmenté le fonctionnement de leurs capacités qui a atteint 85% contre 84% la semaine d’avant transformant en moyenne 15,1 mbj quotidiennement.

Les stocks d’essence n’ont gonflé que très légèrement de 300’000 barils, alors que les analystes s’attendaient à une hausse de 900’000 barils. Le niveau de ces stocks d’essence est de 2% inférieur à sa moyenne sur cinq ans, précise le rapport.

Autre signe d’une reprise de l’activité économique, les réserves de produits distillés, très utilisés dans l’industrie, ont chuté de 2,1 millions de barils tandis que les prévisions tablaient sur une hausse d’un million.

Cette plus grande consommation des stocks de brut est intervenue alors que la production américaine d’or noir elle-même s’est légèrement accélérée de 100’000 barils par jour, les Etats-Unis ayant extrait 11 mbj, contre 10,9 mbj la semaine d’avant.

Dans les cuves de Cushing dans l’Oklahoma (Centre sud), où se trouve le pétrole WTI coté à New York, les réserves se sont légèrement étoffées de 400’000 barils à 46,7 MB.

Mardi, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s’était déjà montrée un peu plus optimiste pour la demande mondiale de pétrole cette année au moment où le cartel s’apprête à assouplir les coupes dans sa production, avec un rebond mondial de la demande de brut attendu désormais à 6 millions de barils par jour en 2021.

A lire aussi...