Les marchés européens montent avant les conclusions de la Fed

AWP

1 minutes de lecture

Le CAC 40 a avancé de 0,13%, le DAX allemand a pris 0,29% et l’indice milanais 0,04%. La Bourse de Londres a de son côté reculé de 0,44%.

Les Bourses européennes, à l’exception de Londres, ont progressé mercredi, se positionnant favorablement avant les conclusions d’une réunion de la Banque centrale américaine dont le point culminant devait être les prévisions économiques pour les trois prochaines années.

A Paris, le CAC 40 a avancé de 0,13%, le Dax allemand a pris 0,29% et l’indice milanais 0,04%. La Bourse de Londres a de son côté reculé de 0,44%, pénalisée par la fermeté de la livre en plein psychodrame sur le Brexit.

De la réunion de la Fed, rien n’est attendu sur le niveau des taux d’intérêt, qui évoluent dans une fourchette de 0 à 0,25% après avoir été abaissés en urgence pour faire face aux conséquences économiques du COVID-19.

Ce sont surtout les prévisions économiques, que l’institution monétaire donne quatre fois par an, qui seront scrutées de très près. La Fed va livrer ses anticipations jusqu’en 2023.

Philippe Cohen, gérant chez Kiplink, a fait part de son «étonnement» face au manque d’entrain de la Bourse avant les conclusions de la Fed, celle-ci ayant déjà annoncé «énormément» pour rassurer les investisseurs ces derniers mois.

Outre des taux d’intérêt à un plancher historique, et des achats massifs de titres financiers sur les marchés, l’organisation dirigée par Jerome Powell a récemment bouleversé sa philosophie historique en indiquant qu’elle tolérerait une inflation supérieure à 2% pendant un temps sans entraîner de hausse automatique des taux.

Philippe Cohen notait toutefois que la remontée de la Bourse en fin de séance montrait que les investisseurs faisaient preuve de «raison».

A rebours de cette crainte, l’OCDE a fait part mercredi dans ses perspectives économiques de prévisions de récession mondiale moins prononcée que prévu en 2020. Les Etats-Unis devraient connaître une récession de 3,8% cette année et un rebond de 4% l’an prochain.

LA RISTOURNE D’ALSTOM

Le constructeur ferroviaire français (+0,77% à 45,70 euros) a annoncé la signature du contrat d’acquisition du canadien Bombardier Transport pour un prix revu à la baisse, «attendu jusqu’à 5,3 milliards d’euros».

LES BANQUES CHAHUTEES

La petite baisse des rendements souverains à l’oeuvre mercredi les a fait souffrir: Société Générale a reculé de 0,20% à 12,97 euros, BNP Paribas de 0,35% à 35,71 euros et Crédit Agricole de 1,05% à 8,45 euros.

A Londres, la faiblesse de l’inflation et la perspective de nouvelles mesures d’assouplissement quantitatif de la Banque d’Angleterre se sont répercutées sur HSBC (-1,80% à 317,00 pence).

L’AERONAUTIQUE MALMENEE

Les restrictions de rassemblements et déplacements qui se multiplient touchent les entreprises du secteur: le motoriste Rolls-Royce a lâché 5,39% à 192,35 pence, et IAG, maison mère de British Airways, 0,90% à 132,20 pence. Airbus a pris pour sa part 1,89% à 70,79 euros après un rebond de dernière minute.

EMBELLIE POUR LE LUXE

L’italien Salvatore Ferragamo a bondi de 8,03% à 13,18 euros à la Bourse de Milan, porté par la reprise marquée de ses ventes en Chine depuis juillet. A Paris, Hermès et Kering ont gagné plus de 1% chacun.

A lire aussi...