Les marchés européens prennent la roue de Wall Street

AWP

1 minutes de lecture

A la clôture, Paris a progressé de 1,40%, Francfort de 2,07%, Londres de 1,39%, la Bourse de Milan de 2,02% et Madrid de 0,95%.

Au lendemain d’une chute précipitée par un plongeon de Wall Street, les indices européens se sont relancés, suivant là aussi la tendance new-yorkaise qui affichait en cours de séance sa première progression depuis mercredi.

A la clôture, Paris a progressé de 1,40%, Francfort de 2,07%, Londres de 1,39%, la Bourse de Milan de 2,02% et Madrid de 0,95%.

Après trois séances de suite de recul sous l’effet des valeurs technologiques et un jour férié lundi, les trois principaux indices américains progressaient nettement à mi-séance: le Dow Jones gagnait 2,06%, le Nasdaq 2,92% et le S&P 500 2,36%.

«Les Etats-Unis continuent d’influencer fortement les marchés européens» dans un sens comme dans l’autre, observe Waldemar Brun-Theremin, gérant pour Turgot Asset Management.

Après avoir traîné le marché américain comme un boulet au pied, l’Europe bénéficiait cette fois d’un retour de balancier. En cause, un certain tassement dans l’effet de rotation sur les valeurs qui avait eu pour conséquence de faire chuter les valeurs de la tech.

«Des deux côtés de l’Atlantique, on assiste depuis plusieurs séances à des prises de bénéfices sur les entreprises qui affichent une forte croissance, et un retour des valeurs qui ont une croissance plutôt stable, à l’image des +utilities+», les entreprises de service public, souligne Waldemar Brun-Theremin.

Les investisseurs se sont par ailleurs préparés à la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) qui a lieu jeudi. L’institution est actuellement confrontée à une inflation très basse et à un niveau de l’euro élevé face au dollar.

LES BANCAIRES MONTENT AVANT LA BCE

Souvent sensibles aux annonces de l’institution, les valeurs bancaires ont progressé à la veille de la réunion: en France, BNP Paribas a pris 1,00% à 36,79 euros, Crédit Agricole 1,67% à 8,66 euros. Deutsche Bank a avancé de 1,86% à 8,01 euros et HSBC de 1,99% à 327,70 pence.

LES PHARMAS MONTENT APRES ASTRAZENECA

L’annonce de la mise en pause par le groupe anglo-suédois AstraZeneca de son projet de vaccin anti-Covid en raison de l’apparition d’une maladie chez un participant n’a pas trop pesé sur le groupe (+0,46% à 8.386,00 pence), mais a fait avancer ses concurrents dans la course au traitement: Sanofi a pris 2,82% à 88,12 euros, et GSK 2,67% à 1.532,60 pence.

LVMH SE MAINTIENT MALGRE TIFFANY’S

LVMH a subitement viré au rouge en cours de séance mais a finalement achevé la journée sur une baisse légère (-0,09% à 404,05 euros).

Le groupe de Bernard Arnault a fait sensation en affirmant ne plus être «en mesure» de racheter «en l’état» le joaillier américain Tiffany’s, qui a lui attaqué le groupe français devant la justice aux Etats-Unis, augurant mal d’une issue positive à cette acquisition à 16,2 milliards de dollars. L’américain perdait lui plus de 8% à Wall Street.

A lire aussi...