Le virus chinois et Trump essoufflent les Bourses européennes

AWP

1 minutes de lecture

L’Eurostoxx termine sur un recul de 0,51%.

Les Bourses européennes ont globalement terminé dans le rouge mercredi, pénalisées par les inquiétudes autour de la progression du virus venu de Chine ainsi que la menace de taxes américaines sur les voitures européennes.

Le marché «reste sous le coup des craintes autour de la Chine», a noté auprès de l’AFP Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale à Oddo BHF Securities.

Un nouveau virus ressemblant au SRAS a fait 17 morts en Chine, contaminé des centaines de personnes et gagné les États-Unis où un malade a été identifié, alimentant la peur d’une propagation à la faveur de la grande migration du Nouvel An chinois.

En déplacement à Davos, le président américain Donald Trump a par ailleurs mis sous pression l’Union européenne, en agitant à nouveau mercredi la menace de taxes sur les voitures.

Les États-Unis envisagent d’imposer des droits de douane punitifs de 25% sur le secteur, en cas de taxation «arbitraire» en Europe des entreprises numériques, a affirmé mercredi à Davos le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, répétant de précédentes menaces de Washington.

A 17H45 GMT, Wall Street était dans le vert: le Dow Jones Industrial Average grignotait 0,03%, l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,49% et l’indice élargi S&P 500 montait de 0,21%.

L’Eurostoxx a perdu 0,51%.

Du côté des valeurs

L’AUTOMOBILE DANS LE ROUGE

Les valeurs du secteur ont chuté dans le sillage de Daimler et des menaces de Donald Trump.

Daimler (-2,12% à 45,42 euros) a prévenu mercredi que ses résultats 2019 seraient «en dessous des attentes» en raison de charges supplémentaires entre 1,1 et 1,5 milliard d’euros liées au scandale des moteurs diesel truqués.

Volkswagen a perdu 1,19% à 179,14 euros, Renault 0,84% à 38,96 euros et Peugeot 0,49% à 19,43 euros.

SOITEC CHUTE

Le titre a dévissé de 15,4% à 81,20 euros. Le groupe a confirmé s’attendre à une croissance du chiffre d’affaires d’environ 30% sur l’ensemble de l’exercice, mais les investisseurs se sont inquiétés de son taux de croissance organique du troisième trimestre.

TUI S’ENFONCE

Le voyagiste allemand a souffert (-5,53% à 837,00 pence) après que l’avionneur américain Boeing a annoncé que le 737 MAX ne revolerait pas avant mi-2020. Le groupe avait prévenu l’an dernier que l’immobilisation de l’appareil pesait lourd sur ses résultats.

Les indices en un coup d’oeil

Paris - CAC 40: -0,58% à 6.010,98 points
Francfort - Dax: -0,30% à 13.515,75 points
Londres - FTSE 100: -0,51% à 7.571,92 points
Milan - FTSE MIB: -0,58% à 23.706,20 points
Madrid - IBEX 35: -0,39% à 9.573,70 points
Lisbonne - PSI 20: -0,29% à 5.260,77 points
Bourse suisse - SMI: +0,10% à 10.895,00 points
Amsterdam - AEX: -0,05% à 611,56 points
Bruxelles - BEL 20: -0,08% à 4.015,71 points

A lire aussi...