La propagation du virus asiatique inquiète les Bourses européennes

AWP

1 minutes de lecture

L’Eurostoxx termine en baisse de 0,26%.

Les Bourses européennes ont clôturé en baisse mardi, manifestement inquiétées par la propagation d’un nouveau virus mortel en Asie.

«Il n’est pas encore possible de savoir si les craintes sur le coronavirus en Chine commencent déjà à se dissiper ou s’il restera l’une des préoccupations du marché dans les prochaines semaines», souligne Connor Campbell, analyste chez Spreadex.

Ce nouveau virus semblable au SRAS, qui avait causé la mort de 800 personnes en 2003, a provoqué six décès en Chine et pèse sur les marchés qui ont déjà accusé le coup la veille après la révision en baisse des perspectives de croissance mondiale par le FMI.

Après le tout frais accord commercial sino-américain qui a soulagé les investisseurs, cette crise sanitaire est «un nuage sur un ciel boursier bleu vif», décrit même Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markets, qui redoute des conséquences économiques potentiellement «énormes».

«Tous les secteurs qui sont exposés, que ce soit l’aéronautique dans une certaine mesure, mais surtout le luxe, ont tiré les marchés vers le bas», a précisé Andrea Tuéni, de Saxo Banque.

Francfort a néanmoins réussi à virer dans le vert à la sirène et se rapproche même discrètement d’un record vieux de deux ans (13.597 points).

A 17H30 GMT, Wall Street était dubitatif: le Dow Jones Industrial Average (-0,12%) et l’indice élargi S&P 500 (-0,01%) reculaient, tandis que l’indice Nasdaq, à forte coloration technologique, se stabilisait (+0,01%).

L’Eurostoxx se dépréciait de 0,26%.

Du côté des valeurs

LUXE ET TRANSPORTS ENFIÉVRÉS

Affecté à la fois par le virus en Chine et par l’abaissement de la note de Hong Kong par Moody’s, le secteur du luxe a déchanté. LVMH a perdu 1,12% à 424,95 euros, tandis que Kering s’est même enfoncé de 2,07% à 586,60 euros.

Redoutant également les conséquences d’une épidémie, le secteur du transport a accusé le coup, à l’image de la compagnie Lufthansa (-3,38% à 14,44 euros).

SUSPICIONS AUTOMOBILES EN ALLEMAGNE

Le dieselgate a rebondi en Allemagne où des perquisitions ont eu lieu dans le cadre d’une enquête visant désormais le japonais Mitsubishi. «Cité dans l’enquête en tant que témoin», l’équipementier Continental (-1,78% à 111,22 euros) a reconnu que trois de ses sites avaient été visés.

Volkswagen (-0,40% à 181,30 euros), Daimler (-0,35% à 46,40 euros) et BMW (-0,32% à 71,41 euros), les autres valeurs du secteur, n’ont pas échappé à la vague.

HUGO BOSS PERFORMANT

Le groupe de prêt-à-porter (+6,80% à 46,66 euros sur le MDax) a annoncé mardi de bons résultats au dernier trimestre de 2019, animé par les courses de Noël, ce qui lui a permis d’atteindre ses objectifs annuels.

Les indices en un coup d’oeil

Paris - CAC 40: -0,54% à 6.045,99 points
Francfort - Dax: +0,05% à 13.555,87 points
Londres - FTSE 100: -0,53% à 7.610,70 points
Milan - FTSE MIB: -0,65% à 23.845,28 points
Madrid - IBEX 35: -0,49% à 9.611,30 points
Lisbonne - PSI 20: -0,52% à 5.276,12 points
Bourse suisse - SMI: +0,35% à 10.884,51 points
Amsterdam - AEX: -0,38% à 611,89 points
Bruxelles - BEL 20: +0,15% à 4.018,85 points

A lire aussi...