Bonds Europe: nette tension sur la dette italienne

AWP

1 minutes de lecture

Le rendement à 10 ans de l’Italie a progressé à 1,805% contre 1,530% jeudi.

La dette de l’Italie a fait les frais vendredi de la crise gouvernementale surprise à Rome, avec une nette tension de son taux d’emprunt à 10 ans, sur un marché obligataire globalement plutôt stable.

«Les investisseurs sont face à quatre scénarios pour l’Italie: des élections anticipées, un remaniement ministériel, une nouvelle coalition entre le Mouvement 5 étoiles et le Parti démocrate ou un gouvernement technique temporaire», a observé auprès de l’AFP Eric Oynoyan, stratégiste obligataire de BNP Paribas.

Matteo Salvini, l’homme fort du gouvernement italien et chef de la Ligue (extrême droite), a réclamé jeudi des élections anticipées, faisant éclater la coalition populiste et provoquant la colère de son allié du Mouvement 5 Etoiles (M5S) et du chef de gouvernement Giuseppe Conte.

«Le dernier cas de figure permettrait sans doute à l’écart (spread) entre le taux à 10 ans de l’Italie et celui de l’Allemagne de se stabiliser, car c’est le mieux perçu par les marchés», a analysé M. Oynoyan.

«Si l’organisation d’élections est décidée, a-t-il poursuivi, il faudra attendre entre 60 et 70 jours pour que le scrutin ait lieu, ce qui tombera mi-octobre, ce qui sera délicat car cela tombera en même temps que les discussions sur le budget italien».

La BCE très attendue

«Dans tous les cas, en l’absence de visibilité à court terme, le ‘spread’ devrait continuer à monter, au moins d’ici à ce que la Banque centrale européenne fasse des annonces, soit au plus tôt le 12 septembre», a également anticipé l’expert.

«En cas de nouveau programme de soutien de la part de l’institution, a priori sur 9 mois, cela absorberait quasiment 100% des émissions de dette du pays, ce qui offrirait un gros soutien» aux obligations italiennes, selon lui.

A 18H00 (16H00 GMT), le rendement à 10 ans du pays a progressé à 1,805% contre 1,530% jeudi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

L’écart (spread) avec celui de l’Allemagne, le «Bund» qui fait référence sur le marché, est du même coup remonté pour atteindre 238 points (et jusqu’à 240 points en séance) alors que depuis un mois il évoluait en moyenne juste au-dessous des 200 points.

Le dernier point haut du spread remontait à fin mai, à 287. Et il était monté jusqu’à près de 327 en octobre 2018, en plein bras de fer entre Bruxelles et Rome sur le budget italien.

Le reste du marché a connu des mouvements mitigés, après une remontée passagère la veille sur fond d’apaisement relatif du conflit commercial et de stabilisation du yuan.

A 18H00 (16H00 GMT), le taux d’emprunt allemand à 10 ans a pour sa part légèrement reculé à -0,576% contre -0,563% jeudi.

Celui de la France s’est un tout petit peu tendu, à -0,266% contre -0,286%. Celui de l’Espagne est remonté plus fortement, à 0,260% contre 0,217%, dans le sillage de l’Italie.

Le rendement de même maturité du Royaume-Uni a reflué à 0,484% contre 0,517%.

Aux États-Unis, le taux à dix ans baissait très légèrement à 1,707% contre 1,717% jeudi, à l’instar de celui à 30 ans, à 2,215% contre 2,235%. Enfin, le taux américain à deux ans s’établissait à 1,612% contre 1,619%.

A lire aussi...