Bonds Europe: le marché toujours recherché dans un contexte incertain

AWP

1 minutes de lecture

Le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne a baissé à 0,255% contre 0,279% mercredi.

Le marché de la dette en zone euro a été globalement recherché jeudi, dans un contexte toujours marqué par de nombreuses incertitudes, entre tensions commerciales et Brexit.

«Il y a pas mal de volatilité et la moindre petite mauvaise nouvelle» ramène les investisseurs vers les actifs refuges, Bund (emprunt allemand à 10 ans) en tête, a relevé auprès de l’AFP Jean Sayegh, responsable de la gestion obligataire chez Lyxor.

Jeudi, les investisseurs se sont montrés dubitatifs sur la portée des discussions entre la Chine et les Etats-Unis.

Les négociations de Pékin ont «posé les bases» d’un accord commercial avec Washington, s’est félicité jeudi le gouvernement chinois, tandis que les Américains se sont contentés de récapituler les points de négociation, sans plus de détail. Un constat final qui a surtout mis en exergue, pour beaucoup d’investisseurs, l’important chemin à parcourir plus que les avancées.

«Si la guerre commerciale induit un risque sur la croissance en Europe, qui ne peut pas se permettre d’être affaiblie, ce n’est pas imminent» et actuellement «c’est surtout le Brexit qui inquiète le marché de la dette en Europe», a observé M. Sayegh.

«Il y a une opacité dans la procédure qui empêche quiconque d’y voir vraiment clair et qui du coup maintient les taux d’emprunt des pays les plus solides à des niveaux très bas», a complété l’expert.

Le refus d’un ministre britannique d’endosser la possibilité d’un Brexit sans accord a mis un peu plus en lumière jeudi la faiblesse de Theresa May qui semble avoir complètement perdu la main sur ce dossier, à quelques jours d’un vote crucial au Parlement.

«Déferlante» d’émissions

Le marché doit par ailleurs «faire face à une déferlante d’opérations d’émissions de dette des États européens» qui alourdissent un peu le marché, a précisé M. Sayegh.

En Italie, le gouvernement a réussi jeudi à placer 7 milliards de bons du Trésor, à échéance un an, à un taux de 0,285%, en baisse de 9 points par rapport au 12 décembre, signe du relâchement de l’inquiétude après l’accord sur le budget conclu avec la Commission européenne le 19 décembre.

Le vice-Premier ministre Matteo Salvini, patron de la Ligue (extrême droite), a exprimé sa «grande satisfaction»: «c’est la démonstration de la grande confiance des investisseurs vis-à-vis de l’Italie» et de son économie «saine».

Malgré le succès de l’opération, l’absorption par le marché de nouveaux titres génère souvent mécaniquement une petite tension des taux.

À 18H00 (17H00 GMT), le taux d’emprunt à 10 ans de l’Allemagne a baissé à 0,255% contre 0,279% mercredi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Celui de la France a suivi la même voie, terminant à 0,674% contre 0,714% la veille, tout comme celui de l’Espagne, à 1,451% contre 1,492%.

Celui de l’Italie est un peu monté à 2,888% contre 2,879%.

En dehors de la zone euro, le taux d’emprunt britannique à dix ans a lui aussi légèrement progressé, à 1,274% contre 1,261%.

Aux États-Unis, le rendement à 10 ans évoluait à 2,710% contre la même valeur mercredi, celui à 30 ans à 3,017% contre 3,003%. Celui à deux ans s’établissait pour sa part à 2,547% contre 2,553%.

A lire aussi...