Orascom DH reconnaît des erreurs dans sa comptabilité pour 2018

AWP

1 minutes de lecture

Du fait de cette erreur, les pertes concernant l’année 2018 ont fait l’objet d’une sous-estimation de 8,5 millions de francs. Après correction, la perte annuelle atteint 45,9 millions.

Le développeur et exploitant de destinations de vacances Orascom Development Holding (DH) ne publie pas d’objectifs pour 2020 en raison du coronavirus. Il a par ailleurs admis avoir sous-estimé ses pertes à hauteur de 8,5 millions de francs lors de l’exercice 2018.

Ce lundi, la société immobilière et hôtelière a indiqué avoir étoffé d’un tiers son chiffre d’affaires l’an dernier, à 453,3 millions de francs. La perte nette a été réduite dans des proportions similaires, à 31,3 millions.

Le produit des ventes immobilières a été multiplié par près de deux et demi pour atteindre 140,3 millions de francs, détaille le compte-rendu. L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) ajusté a grimpé de 5,7% à 74,3 millions. A la fin de l’année, le flux de trésorerie provenant des opérations s’élevaient à 80,9 millions de francs, en hausse de 44%.

Les revenus issus des hôtels ont grossi de 7,9% à 168,8 millions. Pour l’exercice 2019, la contribution de ces établissements, situés en Egypte, à Oman, au Maroc ou en Suisse, aux recettes n’a atteint que 37% contre 46% en 2018. «Le groupe s’attend à ce que cette part continue de diminuer», tandis qu’il met l’accent sur la monétisation des terres, afin de «fournir des liquidités supplémentaires pour accélérer le développement de ses destinations», selon le communiqué.

L’entreprise assure par ailleurs avoir rapidement adopté des mesures pour préserver ses liquidités face à la pandémie de coronavirus. Préférant dans ce contexte ne pas avancer d’ambitions chiffrées à court terme, la direction s’estime en mesure d’affronter ce défi qui frappe tout particulièrement le domaine du tourisme.

Pour la Banque cantonale de Zurich, la société était en bonne voie pour redresser sa situation, avant que le coronavirus ne change la donne. La ZKB s’attend à ce que le chiffre d’affaires s’affaisse de près de 20% cette année, avec un impact plus marqué dans l’hôtellerie que dans l’immobilier. A moyen terme, la Banque considère toujours qu’Orascom a un potentiel de gain.

Main First souligne que les coupes dans les investissements devraient permettre d’économiser 120 à 150 millions pour 2020.

Pertes 2018 sous-estimées

Par ailleurs, SIX Exchange Regulation a indiqué lundi avoir conclu un accord avec Orascom Development Holding «en lien avec des infractions aux normes relatives à la présentation des comptes (IFRS) dans les comptes annuels 2018 de la société». La société a comptabilisé à tort un bénéfice de revalorisation concernant un immeuble.

Les pertes de l’année 2018 ont fait l’objet d’une sous-estimation de 8,5 millions de francs (écart d’environ 23%) et la perte diluée/non diluée par action d’une sous-estimation 0,21 franc. Après correction, la perte annuelle atteint 45,9 millions de francs et celle par action 1,26 franc.

La réserve de liquidités de l’entreprise ainsi que les capitaux propres indiqués dans les comptes annuels IFRS 2018 ne sont pas affectés.

L’accord en question met fin à l’enquête. La société s’est engagée à verser un don de 30’000 francs à l’IFRS Foundation, une association à but non lucratif basée à Londres.

Vers 12h55, Orascom reculait de 1,1% à 8,04 francs dans un SPI en hausse de 1,3%.

A lire aussi...