Mobimo: manque à gagner inférieur à 10 millions en raison du coronavirus

AWP

1 minutes de lecture

Représentant 47% d’un portefeuille immobilier évalué à un prix de marché de 2,6 milliards de francs, les logements contribuent à 39% des revenus locatifs.

Mobimo affirme n’avoir souffert que marginalement des conséquences des mesures de fermetures visant à endiguer la propagation du nouveau coronavirus. La société immobilière lucernoise estime jeudi le manque à gagner en matière de loyers à moins de 10 millions de francs, les recettes ayant tout particulièrement fléchi dans l’hôtellerie et la restauration.

Ce dernier secteur représente environ 10% des revenus des loyers, précise jeudi l’entreprise établie Lucerne. Bénéficiant d’un portefeuille immobilier largement diversifié, composé de 59 surfaces commerciales et 41 immeubles de logements, Mobimo note avoir pu poursuivre ses affaires de manière normale tout au long de la période marquée par les mesures de lutte contre le nouveau coronavirus.

Représentant 47% d’un portefeuille immobilier évalué à un prix de marché de 2,6 milliards de francs, les logements contribuent à 39% des revenus locatifs, précise Mobimo. Ces appartements se situent dans un segment de prix bas à modéré, 60% d’entre eux affichant un loyer mensuel inférieur à 2000 francs. Les mesures liées à la pandémie n’auront guère de conséquences sur ces objets.

Les activités concernées par les fermetures, soit celle du commerce de détail, de l’hôtellerie et de la restauration génèrent un peu plus de 20% des loyers. Pour les détaillants, les mesures de blocage ont principalement affecté le secteur non alimentaire qui représente 80% de la catégorie. Les bureaux n’ont guère été touchés.

Mobimo ajoute avoir adopté depuis la mi-mars des mesures de soutien pour les petites entreprises et les restaurants les plus touchées, la société lucernoise ayant décidé de renoncer à encaisser les montants dus en avril et mai pour les locataires commerciaux dont le loyer est inférieur à 5000 francs. Mobimo négocie en outre actuellement avec de nombreux locataires au cas par cas des réductions de loyer.

A lire aussi...