COVID-19: m3 Groupe va reprendre une usine de masques en Bretagne

Communiqué, m3 Groupe

1 minutes de lecture

L’investisseur genevois Abdallah Chatila a signé une lettre d’intention pour le site de production de Plaintel.

L’usine de production de masques de Plaintel en France va bénéficier d’un plan de relance grâce à m3 Groupe et l’investisseur genevois Abdallah Chatila. 15 millions d’euros sont mobilisés pour renouer avec une production sur un site industriel historique. Cette initiative est une réponse concrète à un enjeu sanitaire de grande ampleur et à la nécessité stratégique de relocaliser la production de masques en Europe. 

Renaissance d’un véritable projet industriel 

«Nous avons connu la disparition de l'usine Honeywell de Plaintel en 2018» relève le député français Marc Le Fur. «Or, aujourd’hui, il apparaît indispensable de relocaliser des productions nécessaires à notre sécurité sanitaire. Ce besoin, s’il est criant aujourd’hui, est durable». 

Prenant connaissance du projet d’une production de masques et d’éléments de protection indispensables comme les charlottes et les blouses, Abdallah Chatila a démontré son vif intérêt à Jean-Jacques Fuan, ancien directeur du site de Plaintel, très investi dans cette relance. En signant une lettre d’intention pour l’achat de 25'000 m² situés en Bretagne, Abdallah Chatila entend travailler rapidement avec l'Etat pour qu'il offre des garanties de commandes publiques. «L’investissement de 15 millions d’euros permettra au site de renouer avec une production de 250 millions de masques par an.» précise Marc Le Fur. «La fabrication de ces équipements est très mécanisée. Elle pourra néanmoins permettre l’embauche de 120 personnes dans un premier temps» précise Abdallah Chatila. «Des machines européennes ont été identifiées. La demande pour ces machines est forte, il y a donc des délais de fabrication et de livraison qui devraient nous permettre d’être opérationnels en début d'année prochaine», complète-t-il. 

Une usine éco-responsable 

«Nous nous dirigeons vers la création d’une usine éco-responsable qui investira dans de nouveaux matériaux plus près des besoins des clients. La partie développement produit sera importante», poursuit l’entrepreneur genevois. 

Abdallah Chatila et son groupe m3 n’en sont pas à leur première initiative en matière de recherche de solution sanitaire. Ils ont récemment mené une opération d’importation de 350 millions de masques achetés en Chine qui sont actuellement distribués en Suisse.

«Nous ne pouvons pas être dépendant d'un pays lointain. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’entends ouvrir une petite usine à Plan-les-Ouates pour la R&D (Recherche et Développement) et une usine plus importante en Bretagne. Comme le dit le Président français Emmanuel Macron, il faut relocaliser certaines productions en Europe. Les machines seront européennes car il est important à ce stade de rester indépendant des technologies et des pièces venant d’Asie. Notre volonté d'ancrage local est extrêmement importante. Nous considérons d’ailleurs reprendre les anciens employés de Plaintel dont le savoir-faire est précieux. La vraie richesse de cette aventure industrielle, ce sont toutes ces collaboratrices et tous ces collaborateurs qui sont unis autour du projet. Leur savoir-faire et leurs compétences sont des atouts, plus essentiels encore que la localisation-même du site», conclut Abdallah Chatila.

A lire aussi...