La Banque Cler fait du surplace en 2019

AWP

1 minutes de lecture

L’institut financier dirigé par Sandra Lienhart continue de souffrir de la baisse de sa principale source de revenus, les opérations d’intérêt, dont le résultat net a accusé un recul de 3,6%.

C’est grâce à la baisse des charges d’exploitation, qui sont passées de 175,2 millions à 172,3 millions de francs, que la Banque Cler a réussi à garder l’équilibre en 2019, son bénéfice net s’inscrivant à 39,9 millions, en très légère progression de 0,3%.

L’institut financier d’origine bâloise continue de souffrir de la baisse de sa principale source de revenus, les opérations d’intérêt, dont le résultat net a accusé un recul de 3,6% à 169,2 millions de francs, a-t-il indiqué jeudi dans un communiqué.

Or, comme les autres sources de revenus, les opérations de commissions et prestations de services ainsi que celles sur le négoce et de l’option de la juste valeur, stagnent, le produit d’exploitation et le résultat opérationnel souffrent: le premier baisse de 3,5% à 237,7 millions et le second plonge de 9,7% à 54,1 millions.

Pour progresser en 2020 et gagner des parts de marché, la Banque Cler compte sur sa clientèle jeune, avec Zak, la banque sur smartphone. Le communiqué précise que l’établissement rhénan escompte cette année «une activité solide et un bénéfice stable, au niveau de l’année précédente».

A lire aussi...