La Banque cantonale de Lucerne affiche un bénéfice en repli

AWP

1 minutes de lecture

L’établissement de Suisse centrale a vu son bénéfice net fléchir en l’espace d’un an de 1,2% du fait de charges de personnel en augmentation.

La Banque cantonale de Lucerne (LUKB) affiche une rentabilité en repli après neuf mois. Affichant des revenus en très légère hausse, l’établissement de Suisse centrale a vu son bénéfice net fléchir en l’espace d’un an de 1,2% à 147,1 millions de francs du fait de charges de personnel en augmentation.

Considérées dans leur ensemble, les recettes ont quant à elles augmenté de 0,2% à 360,7 millions de francs, annonce vendredi la banque. Première source de revenus de l’institut, le produit des opérations sur intérêts s’est cependant tassé de 2,1% à 249,49 millions, conséquence des coûts supplémentaires générés par la couverture visant à réduire les risques en cas de hausse des taux d’intérêts.

L’évolution s’est révélée bien plus favorable pour les commissions et les prestations de services, dont les revenus ont augmenté de 7,2% à 69,6 millions de francs. Tout comme ceux issus des opérations de négoce, ces derniers s’étoffant de 3% à 23,6 millions.

Dans le même temps, les charges se son hissées à 172,3 millions de francs, 2% de plus qu’à fin septembre 2017. La croissance reflète la hausse des coûts liés au personnel, ceux-ci s’étoffant d’une année sur l’autre de 2,9% à 117,4 millions reflet des embauches intervenues dans le cadre du plan stratégique «[email protected]».

Effectif en hausse

A fin septembre, l’établissement recensait 1025,7 emplois à temps plein, soit près de 37 de plus que douze mois auparavant. A l’issue de la période sous revue, le rapport coûts-revenus atteignait 47,2%, demeurant dans la cible visée d’un taux maximal de 50%.

Au final, le résultat d’exploitation s’est inscrit à 171,4 millions de francs fin septembre, en repli de 1%. La somme de bilan se montait à la même date à 36,8 milliards de francs, en hausse de 2,5% au regard du montant affiché à fin 2017.

Les prêts à la clientèle ont crû de 5,8% en l’espace d’un an à 29,98 milliards, reflet de la progression de 5,4% des hypothèques. L’afflux de nouveaux fonds s’est aussi accéléré, ceux-ci passant en l’espace d’un an de 848 à 885 millions et effaçant les pertes liées à la performance des marchés.

A fin septembre, les avoirs de la clientèle se chiffraient à 39,98 milliards de francs, 310 millions de plus que douze mois auparavant.

Evoquant la suite de l’exercice, la LUKB se veut toujours optimiste, tablant sur un bénéfice net au niveau du montant record de 198,4 millions engrangé en 2017. Les revenus devraient se stabiliser au dernier partiel de cette année pour atteindre sur l’ensemble de 2018 entre 327 à 337 millions.

Confirmant ainsi ses objectifs, la banque fait d’ores et déjà miroiter à ses actionnaires une augmentation du dividende au titre de l’exercice 2018 de 50 centimes à 12,50 francs par action. Il s’agit de la 3e hausse consécutive de 50 centimes.

A lire aussi...