HSBC va relocaliser plusieurs hauts dirigeants à Hong Kong

AWP

1 minutes de lecture

Barry O’Byrne, patron de la banque commerciale, Greg Guyett, co-dirigeant de la banque d’investissement, et Nuno Matos, directeur général de la banque privée, vont notamment quitter Londres.

Le géant bancaire HSBC va relocaliser quatre très hauts dirigeants de Londres vers Hong Kong, confirmant sa stratégie de mettre le paquet sur l’Asie et malgré le contexte politique dans l’ex-colonie britannique.

«Je veux que davantage de nos équipes dirigeantes mondiales se situent dans des régions en croissance, et l’Asie bien sûr est au coeur de notre future croissance, investissement et innovation», a souligné le directeur général Noel Quinn, dans une note au personnel, reçue jeudi par l’AFP.

Vont rejoindre Hong Kong au second semestre, Barry O’Byrne, patron de la banque commerciale, Greg Guyett, co-dirigeant de la banque d’investissement, et Nuno Matos, directeur général de la banque privée.

Dans un autre mémo, HSBC ajoute que Nicolas Moreau, patron de la gestion d’actifs, va également se relocaliser à Hong Kong dans le courant de l’année.

Le but pour la banque est que ses hauts dirigeants soient plus proches des clients et puissent mieux remplir leurs objectifs.

HSBC s’attend à ce qu’une partie des équipes qui travaillent directement avec les responsables concernés rejoignent également Hong Kong, mais elle exclut autrement tout déplacement majeur d’emplois de Londres vers la ville asiatique.

Le groupe a pour stratégie d’accélérer son recentrage vers l’Asie, en dépit des tensions entre la Chine et les pays occidentaux.

Sous la houlette de M. Quinn, la banque a décidé de supprimer 35.000 emplois et de réduire la voilure aux Etats-Unis et en Europe.

HSBC réalise 90% de ses bénéfices en Asie, où la Chine comme Hong Kong sont des marchés cruciaux.

La banque était d’ailleurs sortie de sa réserve habituelle sur les questions politiques en apportant publiquement son soutien en 2020 au régime chinois à Hong Kong, s’attirant alors les foudres de responsables politiques au Royaume-Uni et d’investisseurs.

Enfin, le siège de la banque reste lui à Londres, dans le quartier d’affaires de Canary Wharf, dans l’est dans la capitale britannique.

M. Quinn a rappelé dans sa note au personnel que le groupe est toujours «pleinement engagé au Royaume-Uni», précisant que les relocalisations des hauts dirigeants n’auront pas d’impact sur son siège, ni sur son comité exécutif et conseil d’administration, qui restent à Londres.

A lire aussi...