Banque cantonale du Jura: bénéfice net en baisse de 10%

AWP

1 minutes de lecture

Au premier semestre, les taux négatifs et les charges liées à l’ouverture de la succursale de Moutier ont pesé sur les comptes.

La marche des affaires s’est révélée difficile pour la Banque cantonale du Jura (BCJ) lors du premier semestre. L’établissement continue de pâtir des taux d’intérêts négatifs, mais a également dû investir, notamment pour l’ouverture de sa succursale de Moutier. L’évolution des créances hypothécaires demeure cependant favorable.

Le bénéfice net semestriel s’est inscrit à 6,6 millions de francs, soit un recul de 10,2% sur un an, indique lundi la BCJ. Le résultat opérationnel a chuté de 10,1% à 8,7 millions de francs.

Dans son communiqué, la banque explique cette contreperformance par l’effet des taux d’intérêts négatifs. Les charges liées à l’ouverture de la succursale de Moutier et à la poursuite du programme de numérisation ont également pesé sur le compte de résultat.

La baisse des résultats est à relativiser, selon Bertrand Valley, directeur général de la BCJ. «Il faut admettre que l’on compare des années qui sont difficilement comparables. 2018 était un excellent exercice. Au premier semestre 2019, nous avons eu la conjonction de plusieurs phénomènes qui ont impacté le résultat», a-t-il expliqué à AWP.

Principale source de revenus, le résultat net des opérations d’intérêt a stagné (+0,3%) à 17,3 millions. Cette hausse découle exclusivement d’une dissolution des provisions pour risque de défaillance, précise la BCJ. Le résultat brut, affecté par les taux négatifs, s’est contracté. Dans la gestion de fortune, les recettes sont restées stables.

Début de bulle immobilière

Les charges ont pris de l’embonpoint (+5,1%), en raison principalement de l’engagement de nouveaux employés pour la succursale de Moutier, inaugurée début mai. La nouvelle antenne prévôtoise répond aux attentes, pour l’instant. «Nous remplissons nos objectifs, voire nous les dépassons légèrement», selon M. Valley.

La pression exercée par la faiblesse des taux d’intérêts s’est accentuée par rapport aux prévisions du début d’année, a affirmé le patron de la banque. «Les taux ont baissé nettement. Aujourd’hui, nous avons l’impression qu’ils devraient encore baisser.»

Malgré cette situation, la BCJ ne compte pas répercuter les taux négatifs sur les petits épargnants. Les grandes fortunes peuvent être plus ou moins ponctionnées, suivant la relation d’affaires qu’elles entretiennent avec l’établissement jurassien.

Sur six mois, la somme au bilan a augmenté de 3,6% à 3,27 milliards de francs, dont 2,39 milliards de créances hypothécaires (+2,6%). Bertrand Valley parle de «progression régulière du marché hypothécaire jurassien». Pour les maisons individuelles et les propriétés par étage, aucun problème n’est à signaler. Le directeur de la banque perçoit en revanche le «début d’une bulle immobilière» pour les biens de rendement.

La direction qualifie la performance semestrielle de satisfaisante. Elle s’attend néanmoins à un résultat opérationnel en baisse pour l’exercice 2019 dans son ensemble.

A lire aussi...