Bâloise progresse dans les affaires LPP

AWP

1 minutes de lecture

Volume de primes en hausse de 1,5% l’an dernier. L’assureur dirigé par Michael Müller reste fidèle au modèle d’assurance complète.

Le groupe Bâloise a vu le volume de primes légèrement augmenter l’an dernier en vie collective en Suisse, avec un rendement à peu près aussi élevé que lors du précédent exercice en matière de placements. Alors que l’assureur rhénan continue de revendiquer une offre d’assurance complète dans la prévoyance professionnelle (LPP), la fondation collective semi-autonome Perspectiva s’est affichée en croissance.

Dans le segment prévoyance professionnelle, Bâloise Vie a généré en 2017 un volume de primes en hausse de 1,5%, à plus de 2,5 millions de francs. Il s’agit d’un résultat solide dans un contexte de taux d’intérêt continuellement bas et de bonne tenue des marchés des capitaux, indique mardi l’assureur parallèlement à la publication de son compte d’exploitation 2017. Le rendement net s’est affiché en léger repli, passant de 2,2% à 2,1% entre 2016 et 2017.

Augmentation des provisions

Afin de protéger le bilan face aux risques tels que le vieillissement, les taux élevés de conversion des rentes et les chances limitées de rendement dans un environnement de taux d’intérêt bas, Bâloise a renforcé les provisions garantissant les rentes en cours et à venir de 82 millions de francs.

Bâloise Vie a en outre versé 65 millions de francs à son fonds d’excédents, ce qui en porte la dotation à 122 millions. De quoi permettre une rémunération des avoirs de prévoyance «restant attractive» pour les assurés actifs professionnellement, selon le communiqué. En 2017, ces avoirs ont été rémunérés à 1%.

La Bâloise a reversé à ses assurés 91,4% du produit global pour l’exercice comptable sous revue. La quote-part de distribution de la partie soumise à la quote-part minimale a été de 93,3%, «c’est-à-dire une nouvelle fois nettement supérieure à la quote-part légale de 90%», souligne l’assureur.

Solution semi-autonome demandée

Le groupe rhénan s’inquiète toutefois de la tournure politique prise par la question de la prévoyance professionnelle. «Il faudra, pour assurer l’avenir de la prévoyance professionnelle suisse et rétablir la confiance dont elle a besoin, une solution financière durable», estime Patric Olivier Zbinden, responsable clients entreprises de la firme, cité dans le communiqué. La Bâloise estime qu’une politique de souscription sélective et une croissance saine devraient parvenir à protéger l’effectif des assurés et permettre un développement profitable.

Bâloise reste fidèle au modèle d’assurance complète, qui offre une protection totale dans les affaires LPP et est avant tout souscrit par des petites et moyennes entreprises (PME). La fondation collective semi-autonome pour la prévoyance professionnelle Perspectiva, dans laquelle les clients assument eux-mêmes le risque de placement dans certains cas, a réalisé une croissance bien au-dessus du marché, constate la Bâloise. Fondée il y a quatre ans, elle compte déjà plus de 1000 entreprises, selon le communiqué.

A lire aussi...