Andreas Burckhardt se retire de la présidence de Baloise

AWP

1 minutes de lecture

Entré en 1988 comme secrétaire général de Bâloise Group, il a siégé dès 1999 au conseil d’administration de Bâloise Holding, avant de le présider à partir de 2011.

Andreas Burckhardt, président du conseil d’administration de Bâloise Holding depuis dix ans, ne briguera pas de nouveau mandat lors de l’assemblée générale du 30 avril 2021. Thomas von Planta, entré au conseil d’administration de l’assureur en 2017, a été désigné pour lui succéder.

«L’entreprise se porte très bien», a expliqué Andreas Burckhardt dans un communiqué lundi. Entré en 1988 comme secrétaire général de Bâloise Group, il a siégé dès 1999 au conseil d’administration de Bâloise Holding, avant de le présider à partir de 2011. Il est temps, selon lui, de «remettre la présidence (...) entre des mains plus jeunes et aguerries», a ajouté celui qui est né en 1951 et qui est également membre du comité directeur d’Economiesuisse.

Il se félicite à propos du groupe que «la deuxième phase de sa stratégie ‘Simply Safe’ lui donne de quoi poursuivre sur sa belle lancée». Selon le document, sous sa présidence, «le cours de l’action a fortement progressé au cours des dix dernières années, le dividende a fait un bond de 40% et les rachats d’actions ont rapporté environ 600 millions de francs aux actionnaires». L’assureur est devenu «un prestataire de services financiers axé sur quatre marchés clés profitables», grâce notamment à diverses acquisitions.

Un ancien de Goldman Sachs prend la relève

Appelé à lui succéder ce printemps, Thomas von Planta, âgé de 59 ans, «aura à coeur d’assurer la continuité». Le Suisse a travaillé pour Goldman Sachs puis dirigé la division finance d’entreprise de Vontobel à Zurich. Une fois élu, il mettra fin à son activité de directeur de CorFinAd, entreprise spécialisée dans le conseil en fusions-acquisitions ainsi qu’en financement des marchés financiers.

Il siège depuis 2019 au conseil d’administration de BB Biotech de même qu’au comité consultatif de Harald Quandt Industriebeteiligungen et présidait encore, en mars 2019, le conseil d’administration des entreprises Bellevue Group, Bank am Bellevue et Bellevue Asset Management, toutes trois cotées en Bourse.

En 2019, le bénéfice net de Bâloise avait atteint 694,2 millions de francs, tandis que les primes brutes s’établissaient à 7,57 milliards. Sur les neuf premiers mois de l’année en cours, le volume d’affaires avait reculé de 6,5% en rythme annuel à 6,90 milliards.

Cet automne, le groupe a présenté sa nouvelle feuille de route pour 2025, baptisé «Simply Safe: Season 2», prévoyant le démarchage réussi de 1,5 million de nouveaux clients, un chiffre d’affaires en hausse de 200 millions de francs sur la période, au travers de l’élargissement des offres dans les domaines du logement et de la mobilité, et 2 milliards de liquidités, dont 60% à 80% seront versés sous forme de dividende.

Pour Georg Marti, de la Banque cantonale de Zurich (ZKB), ce changement à la tête du conseil d’administration s’inscrit dans la nouvelle stratégie présentée en octobre dernier.

Vers 11h15, la nominative Bâloise reculait de 0,8% à 154,60 francs, dans un SPI en progression de 0,43%.

A lire aussi...