Report et record

Igor de Maack, DNCA

1 minutes de lecture

L’annonce de Trump du report de la hausse des taxes douanières pour les produits chinois constitue un nouveau point d’ancrage solide pour les investisseurs.

L’annonce par le Président américain du report de la hausse des taxes douanières pour les produits chinois constitue un nouveau point d’ancrage solide pour les investisseurs. Bien qu’anticipée, cette nouvelle confirme la stratégie trumpienne qui consiste à magner carotte, bâton puis sparadraps quand les coups de bâtons ont fait trop de dégâts.

En mars, ce pourrait être aussi l’annonce d’un nouveau report: celui de la date du Brexit le 29 mars. Incapable d’offrir un front uni face à une Europe implacable, les Britanniques envisageraient de repousser encore et toujours leur sortie de notre union douanière. Nous irions donc vers une possible quatrième année de négociation depuis le référendum de juin 2016. Les citoyens du Royaume-Uni pourraient alors légitimement se demander si vraiment le Brexit n’est pas finalement qu’un épisode de la série du grand comique anglais Benny Hill.

Ce mois de mars est aussi le mois des records:

  1. d’abord sur l’expansion américaine qui devrait se profiler pour être la plus longue de l’histoire malgré la faiblesse transitoire du premier trimestre 2019;
  2. ensuite année records sur les flux. Cela devient une ritournelle mais il est nécessaire de les suivre pour comprendre la psychologie des investisseurs. 50 milliards de dollars sont sortis des marchés actions mondiaux (plus mauvais début d’année de la décennie) alors que plus de 43 milliards de dollars se déversaient dans le crédit. Encore cette semaine, la divergence Europe/États-Unis est flagrante. 9 milliards de dollars ont été investis sur les actions américaines et 4 milliards ont été désinvestis des actions européennes. 2019 pourrait donc être une année particulièrement adverse sur les flux pour les marchés actions. Quand et si ces flux se retournent un jour, ce pourrait être aussi un des plus forts rebonds jamais connus. Avec la performance largement positive depuis le début de l’année, les investisseurs prennent leur profit mais un jour ou l’autre si la croissance mondiale continue à évoluer autour de 3-3,5%, il faudra bien que les investisseurs reconsidèrent l’investissement en actifs risqués.