Patience, Persévérance et Pénitence

Igor de Maack, DNCA

1 minutes de lecture

Les principaux évènements et thèmes de la semaine résumés en trois P.

Patience, voici le mot employé par la Réserve Fédérale américaine qui a récemment enchanté les marchés. Jérôme Powell a aussi capitulé, un peu devant Donald Trump, mais aussi beaucoup devant les marchés financiers et le brouillard économique caractérisant l'économie américaine en raison du manque de statistiques fédérales lié au shutdown. La banque centrale américaine ne montera plus ses taux pendant un certain temps et réinjectera de la liquidité (ou en retirera moins ce qui revient au même) en ralentissement le rythme de baisse de son bilan. 

Les révisions à la baisse des bénéfices
semblent déjà bien intégrées par les investisseurs.

Les publications des résultats des entreprises témoignent bien du ralentissement global sans affolement non plus. Les révisions à la baisse des bénéfices semblent déjà bien intégrées par les investisseurs. Même si la Chine ralentit vers un rythme de croissance piloté autour de 6-6,5%, des entreprises exposées au consommateur chinois comme LVMH ont publié des chiffres tout bonnement stellaires. Il faut donc être mesuré sur les prévisions catastrophistes de récession américaine, chinoise ou mondiale pour 2019-2020. Le contexte des relations commerciales sino-américaines constituera cependant le prochain métronome des marchés financiers. 

Persévérance de la part de Nancy Pelosi, la leader démocrate qui a fait plier Donald Trump. Ce dernier a mis fin au plug long shutdown de l'histoire américaine (35 jours) qui aura coûté 18 milliards de dollars de baisse de dépenses fédérales et probablement un impact estimé sur le PIB américain de 0,1%-0,2% en rythme annualisé. Le coût politique devenait aussi insoutenable pour le Président en campagne. 

Pénitence de la part du monde de l'investissement qui doit expliquer les performances mitigées ou mauvaises de l'année passée tout en expliquant que vendre au plus bas n'est pas la solution. D'ailleurs, le S&P500 vient de boucler son meilleur mois depuis 2015 et son meilleur mois de janvier depuis 1987.