Le nouvel alphabet de l'investissement – Week Ahead de Allianz GI

Hans-Jörg Naumer, Allianz Global Investors

1 minutes de lecture

Comment générez-vous un «alpha» quand «bêta» semble devenir de plus en plus peu fiable et volatile sur les marchés des capitaux?

Comme toujours, le Forum sur l’investissement était ambitieux et riche en contenu. Il a une nouvelle fois réuni tous les gestionnaires de portefeuille en chef (DSI), stratèges et analystes du monde entier (à Londres cette fois). En substance, le Forum ne portait pas sur le développement économique, les marchés et les conflits commerciaux – même s’ils étaient, bien entendu, abordés – mais finalement sur le nouvel «alphabet de l’investissement». Comment générez-vous un «alpha» quand «bêta» (la lettre grecque symbolise l’interaction avec les rendements du marché) semble devenir de plus en plus peu fiable et volatile sur les marchés des capitaux? Soudain, la perspective de beaucoup de choses change.

  • ESG: des critères de sélection motivés par des considérations environnementales, sociales et de gouvernance d'entreprise et de plus en plus répandus dans un nombre croissant de portefeuilles peuvent également contribuer à réduire les déséquilibres. Par exemple, on pourrait comparer le ratio de la rémunération des cadres supérieurs par rapport aux salaires du personnel, ou examiner ce que les entreprises font pour former leur personnel en réaction à un environnement perturbateur, ou même encourager les investissements en capital – non seulement pour accumuler de la richesse, mais aussi pour motiver la main-d'œuvre.
  • Brexit: il y aura des gagnants, du moins d'un point de vue relatif. Les entreprises britanniques qui exportent beaucoup et sont des acteurs mondiaux en raison de leur taille, par exemple.
  • Les conflits commerciaux: nous n'avons pas encore vu le dernier rebondissement. On s'attend à ce que l'humeur du marché continue de fluctuer à l'avenir. Au contraire, un sigma plus élevé (la lettre grecque symbolise la volatilité) crée de bonnes opportunités pour les gestionnaires actifs d'utiliser le bêta volatil, que ce soit lors de la sélection des actions, de la sélection des classes d'actifs ou des pays et régions.

C'est là qu'interviennent les différents cycles économiques, de plus en plus marqués. Sur le plan économique, nous nous rapprochons de plus en plus de la phase de maturité du cycle le plus long de l'histoire, qui dépasse lentement son zénith. Bien qu'il n'y ait pas encore de signes d'un renversement de tendance, les indicateurs eux-mêmes deviennent de plus en plus volatils. De plus, la politique monétaire revient à la normale, tournant lentement mais sûrement le dos au mode «accommodant» et s'orientant vers la phase neutre, en particulier dans le cas de la Réserve fédérale américaine. Par conséquent, il y a moins de vent arrière de la part de la banque centrale.

Il existe de nombreuses façons d'écrire les lettres du nouvel alphabet de l'investissement.