Garder la tête froide – Week Ahead de Allianz GI

Stefan Scheurer, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

La rhétorique dans le différend commercial entre les États-Unis et la Chine pourrait à nouveau s’exprimer.

Parallèlement aux températures, le marché boursier américain (S&P 500) a également atteint un nouveau sommet historique. Non seulement les commentaires plutôt «dovish» du président de la banque centrale américaine, Powell, y ont contribué, mais ils ont également permis d’optimiser l’optimisme des investisseurs quant à la solution des différends commerciaux internationaux. Cela comprend l'accord provisoire entre les États-Unis et le Mexique dans le cadre de la renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Pourtant, malgré tout l’optimisme, la rhétorique dans le différend commercial entre les États-Unis et la Chine pourrait à nouveau s’exprimer. En effet, en septembre, il a été possible de décider si des droits d’importation allant jusqu’à 25% seraient imposés sur d’autres produits chinois d’une valeur de 200 milliards de dollars. Pour tenter de contrer l’impact négatif escompté sur l’économie, la Chine prend depuis quelques temps des mesures spécifiques, à la fois fiscales et monétaires. Celles-ci comprennent l'assouplissement du secteur immobilier, l'abaissement des réserves obligatoires minimales pour les banques et des mesures visant à stimuler les prêts. Des efforts accrus sont néanmoins nécessaires pour atteindre les objectifs politiques et économiques au second semestre. Même la Commission nationale de développement et de réforme de la Chine partage ce point de vue.

Un examen de l'ensemble des données pertinentes indique une tendance irrégulière de l'économie mondiale, dans laquelle une forte croissance américaine compense les données plus faibles d'Europe, du Japon et de certains marchés émergents. Malgré un impact visible sur certains indicateurs du sentiment macroéconomique, les données économiques plus générales ne reflètent pas (encore) les effets potentiellement négatifs du différend commercial initié par les États-Unis. En ce qui concerne le second semestre 2018, l’économie mondiale reste donc sur la voie de la croissance au-dessus du potentiel. Les indicateurs d’inflation, en revanche, ont augmenté à l’échelle mondiale, en raison notamment de la hausse du prix du pétrole et de la hausse des salaires (les salaires réels au Japon ont augmenté plus que jamais au cours des 21 dernières années). En conséquence, la normalisation de la politique monétaire des principales banques centrales continue de progresser. Après la chaleur de l'été, la récupération est-elle maintenant une menace? Bien que les marchés internationaux des capitaux semblent s’être adaptés au différend commercial entre les États-Unis et le reste du monde, l’indice de volatilité ayant atteint son plus bas niveau depuis janvier, la tendance semble actuellement incohérente. Néanmoins, l'incertitude (politique) et, par conséquent, la prime de risque pourraient augmenter si les tensions commerciales devaient s'intensifier.

Allocation tactique, actions et obligations
  • Au second semestre de 2018, l’économie mondiale reste sur une trajectoire de croissance modérément supérieure au potentiel, même si des différences régionales sont visibles. Au cours des prochains trimestres, l’économie mondiale pourrait toutefois ralentir.
  • L’augmentation modérée des taux d’inflation à l’échelle mondiale, entraînée notamment par la hausse du prix du pétrole et la hausse des salaires, permet de progresser encore dans la normalisation de la politique monétaire des grandes banques centrales.
  • À moyen terme, la tendance à l'aplatissement de la courbe des taux américains devrait persister. Au cours de la normalisation de la politique monétaire, les rendements sur le marché des obligations (américaines) devraient augmenter ou une modification de la politique de réinvestissement de la Réserve fédérale pourrait entraîner des contre-mouvements temporaires.
  • L'incertitude (géo) politique et, par conséquent, la prime de risque pourraient augmenter si les tensions commerciales devaient s'intensifier. Les risques politiques jouent donc un rôle plus important dans l’influence des décisions d’allocation du capital que par le passé.
  • La gestion active peut être cruciale, tant pour la sélection des titres que pour les allocations tactiques dans toutes les classes d'actifs (mot-clé: multi-actifs).