Des voies à suivre et des impasses – Week Ahead de Allianz GI

Ann-Katrin Petersen, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

Les grandes banques centrales continuent de freiner les politiques monétaires expansionnistes.

La semaine dernière, le prix du Brent, qui se situait au-dessus de la barre des 80 dollars le baril, a une fois de plus mis au premier plan la question de la «reflation».

  • Au lendemain de la réunion du week-end des principaux pays producteurs de pétrole, au cours de laquelle les participants se sont opposés à la demande du président américain Donald Trump d'augmenter la production de l'OPEP, le prix du Brent a connu une hausse substantielle pour atteindre son plus haut niveau en presque quatre ans. Conjuguée à l'accélération de la croissance des salaires (en particulier dans les pays avancés), cette évolution indique que les grandes banques centrales continuent de freiner les politiques monétaires expansionnistes et que les pressions à la hausse sur les rendements obligataires vont persister.
  • En ce sens, ni les décisions récentes du gouvernement américain d'imposer des tarifs douaniers ni les défis structurels dans un certain nombre de marchés émergents ne semblent dissuader le président de la Réserve fédérale américaine, Jérôme Powell, de poursuivre sur la voie des hausses régulières des taux d'intérêt. Comme prévu, la Réserve fédérale a relevé le taux des fonds fédéraux de 25 points de base supplémentaires mercredi pour atteindre un nouveau corridor cible de 2,00% à 2,25%. Même pendant la période précédant la décision, les rendements des bons du Trésor américain à 10 ans sont restés au-dessus de la barre des 3% à leur plus haut niveau depuis mai – et donc bien au-dessus des taux des obligations de référence de la zone euro.

Toutefois, les émotions des investisseurs ont également été troublées par d'éventuelles impasses la semaine dernière. Alors que le gouvernement britannique, confronté à des divisions internes et à des négociations hésitantes avec l'UE, semble se diriger vers un Brexit cahoteux, au moins le gouvernement italien semble s'être retiré d'une mauvaise orientation de la politique fiscale. En finalisant le projet de budget italien pour 2019, un compromis provisoire se dessine entre le respect de promesses électorales grandioses et la nécessité de respecter les exigences du Pacte de stabilité de l'UE. L'augmentation des primes de risque sur les obligations d'État italiennes à la suite de la politique électorale. victoire a évidemment eu un effet sur les décideurs politiques à Rome. En fin de compte, cependant, cela dépendra du projet de budget qui sera soumis à la Commission européenne à la mi-octobre.

La semaine à venir

Depuis les mois d'été, les indices européens sont à la traîne par rapport à leurs homologues américains. Si des tonalités plus conciliantes venaient de Rome, les hésitations sur les marchés boursiers européens, en particulier chez les investisseurs hors d'Europe, pourraient à nouveau s'estomper et l'accent devrait être mis à nouveau sur les données fondamentales. Pour les gestionnaires actifs, il s'agit d'un environnement qui mérite une attention particulière.

Au cours de la prochaine semaine de négociation, un certain nombre d'indices des directeurs d'achat fourniront des indices quant aux perspectives de croissance pour le quatrième trimestre. Récemment, la plupart des indicateurs avancés de l'économie mondiale avaient fait état d'une reprise continue, quoique à un rythme plus lent et avec des différences régionales persistantes.

  • La reprise économique dans la zone euro se poursuit à un rythme modéré. La stagnation des exportations en septembre a entraîné une croissance économique modérée, ce que devrait confirmer l'indice composite des directeurs des achats dans sa deuxième publication (Wed). En revanche, la demande intérieure est soutenue par la vigueur du marché du travail, le chômage (Lun) demeurant à son plus bas niveau depuis novembre 2008. Dans ce contexte, une hausse progressive des taux d'intérêt – renforcée par le revirement de politique monétaire de la Banque centrale européenne – pourrait constituer un signal positif pour les actions de la zone euro.
  • Au Japon, l'accent sera mis lundi sur la publication de l'enquête trimestrielle Tankan sur le climat économique. Bien que la demande intérieure ait récemment donné un nouvel élan positif, la croissance économique au troisième trimestre a été freinée par une série de catastrophes naturelles. Un certain effet de rattrapage devrait donc se faire sentir au cours des prochains mois.
  • Aux États-Unis, l'indice ISM (Mon) devrait rester fermement en territoire expansionniste. Le marché du travail (mer, ven) est également toujours en très bonne santé. Compte tenu de la forte croissance de l'économie américaine résultant des mesures de relance budgétaire et de l'accélération de l'inflation, la probabilité d'une nouvelle hausse des taux d'intérêt peu avant Noël – la quatrième cette année seulement – est supérieure à 80%.