Été chaud? - Week Ahead de Allianz Global Investors

Stefan Scheurer, Allianz Global Investors

2 minutes de lecture

Parallèlement à la récente hausse des températures mondiales à des niveaux record, le marché des actions américaines semble prendre des traits similaires.

Avec un recul au premier trimestre de 2018, le S&P 500 se rapproche de janvier à son plus haut niveau. Ceci en dépit de la résurgence du dollar américain, des risques géopolitiques sous la forme de sanctions plus sévères contre l'Iran et d'une rhétorique de plus en plus amère dans le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine.

Alors que le président Trump demandait à son administration d’envisager de relever de 10% à 25% les droits de douane de 200 milliards de dollars sur les produits chinois, la Chine a riposté par des droits réciproques de 5% à 25% sur En outre, l'entrée en vigueur du 23 août est prévue pour l'année en cours (25% sur 16 milliards d'USD de produits américains), faisant partie du volume global de 50 milliards d'USD de produits chinois sur lesquels des droits de douane ont déjà été perçus. Par conséquent, le différend commercial semble entrer dans le prochain cycle et la Chine tente de la contrer par des mesures ciblées, à la fois de nature fiscale et monétaire. Celles-ci comprennent des mesures visant à atténuer la situation dans le secteur immobilier, des réductions des réserves obligatoires marginales pour les banques et des mesures visant à stimuler les prêts.   

Les effets du conflit commercial ne se reflètent pas (encore)
dans des données économiques plus larges.

   Ce stimulus de l'Empire du Milieu semble avoir trouvé dernièrement son chemin dans les données macroéconomiques mondiales. Un coup d'œil à une série de données mondiales montre toutefois une évolution incohérente dans laquelle la forte croissance américaine compense la faiblesse des données en provenance d'Europe, du Japon et de certaines économies de marché émergentes.

Malgré un impact notable sur certains indicateurs macroéconomiques, les effets potentiellement négatifs du conflit commercial déclenché par les États-Unis ne se reflètent pas (encore) dans des données économiques plus larges. Dans la perspective du second semestre 2018, l'économie mondiale croît donc à un rythme modérément supérieur à son potentiel.

A cet égard, voici un tour d'horizon de la saison en cours pour le deuxième trimestre : plus de 80% des sociétés américaines (S&P 500) sont parvenues à dépasser les estimations des analystes et plus de 70% ont déclaré des revenus supérieurs aux prévisions.

Les statistiques équivalentes en Europe et au Japon étaient d'environ 60 % pour les bénéfices et de plus de 50 % pour les revenus. 

Les indicateurs d'inflation, en revanche, ont augmenté à l'échelle mondiale, sous l'effet de la hausse des prix du pétrole et de la croissance des salaires - les salaires réels au Japon n'avaient pas augmenté aussi fortement depuis 21 ans. Cela s'est également reflété dans les actions et les commentaires des différentes banques centrales:

  1. Bien que la Réserve fédérale américaine (Fed) ait laissé son taux d'intérêt directeur inchangé, selon ses commentaires sur la situation macroéconomique, elle continue de poursuivre la normalisation de la politique monétaire – les marchés monétaires fixent le taux effectif des fonds fédéraux à 42 points de base supplémentaires d'ici la fin 2018.
  2. La Banque du Japon (BoJ) a ajusté son cadre de politique monétaire avec des «directives à terme» plus strictes. Elle veut «maintenir le niveau extrêmement bas des taux d'intérêt à court et à long terme pour une période plus longue». Ce faisant, elle a donné plus de flexibilité à sa politique monétaire et a fait des ouvertures hawkish au marché.
  3. La Banque d'Angleterre n'a pas été la seule à resserrer les taux d'intérêt; les banques centrales de l'Inde et des Philippines ont fait la même chose, parfois même plus fortement que prévu.