Tokyo: le Nikkei s’envole grâce à Theresa May

AWP

2 minutes de lecture

Le Nikkei s’est apprécié de 378,60 points à 21.503,69 points, et l’indice élargi Topix a augmenté de 1,52%.

L’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini en forte hausse de 1,79% la séance de mardi, essentiellement grâce à l’annonce par la Première ministre britannique Theresa May de garanties à l’accord avec l’UE sur le Brexit, à quelques heures d’un vote au Parlement.

A l’issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes s’est apprécié de 378,60 points à 21.503,69 points, et l’indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a augmenté de 1,52% (+24,04 points) à 1.605,48 points.

Sur le volet des changes, le dollar montait à 111,30 yens, contre 111,10 yens lundi à la fermeture de la place tokyoïte, tandis que l’euro se hissait à 125,26 yens, contre 124,85 yens, des orientations favorables aux titres des firmes exportatrices japonaises.

Mme May a déclaré lundi soir avoir obtenu de l’Union européenne des garanties légalement contraignantes à l’accord sur le Brexit, après des discussions de dernière minute à la veille d’un vote crucial à Londres.

«C’est cet accord ou le Brexit pourrait ne pas se produire du tout», a immédiatement mis en garde le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Mardi, les parlementaires britanniques vont voter pour la deuxième fois sur le traité de retrait, après l’avoir massivement rejeté mi-janvier. «Il n’y aura pas de troisième chance», a averti M. Juncker.

Les investisseurs à Tokyo ont penché pour la vision optimiste, celle d’un vote favorable, ce même si le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn appelait à s’exprimer contre l’accord.

Hitachi et GungHo

Dans ce contexte, la quasi intégralité des 225 composantes du Nikkei ont augmenté.

Un accord sur le Brexit est notamment jugé important par les constructeurs d’automobiles, mais, les donneurs d’ordres sont restés prudents.

Toyota a pris 0,60% à 6.618 yens. Il a présenté après la clôture un véhicule qui devrait être envoyé en mission sur la Lune dans le cadre d’une mission en partenariat avec l’agence spatiale japonaise Jaxa.

Honda, qui a déjà annoncé la liquidation de son unique usine en Grande-Bretagne, a pris 1,12% à 3.047 yens.

Nissan a de son côté augmenté de 0,98% à 930,7 yens, alors que se tenait au siège du groupe à Yokohama un conseil d’administration auquel M. Ghosn, tout juste sorti de prison, souhaitait participer en tant qu’administrateur. Le tribunal, qui a accepté sa mise en liberté sous caution la semaine passée après plus de 100 jours de détention, lui a refusé la permission de s’y rendre. Une conférence de presse des patrons de Nissan, Renault et Mitsubishi Motors devait se tenir en milieu d’après-midi à Tokyo.

Fujifilm Holdings a gagné 2,73% à 5.145 yens, alors que le spécialiste de la photo instantanée devait faire après la clôture une annonce concernant ses activités dans le domaine de la santé.

Hitachi a gagné 4,08% à 3.467 yens. La presse rapporte l’intention du groupe de vendre ses parts dans la filiale Hitachi Chemical dont le titre a pour sa part augmenté de 2,47% à 2.445 yens. Hitachi a nié avoir pris une telle décision.

A noter enfin un bond de 8,92% à 366 yens pour l’action GungHo, ce studio de développement connu pour son jeu sur mobile Puzzle and Dragons, est apparemment sur le point de faire un carton en Asie avec un autre titre, Ragnarok M, adaptation mobile de Ragnarok Online.