Bonds Europe: tension sur le marché délaissé par des investisseurs moins anxieux

AWP

1 minutes de lecture

Le marché de la dette s’est globalement tendu mercredi, sauf en Italie.

Le marché de la dette s’est globalement tendu mercredi, à l’exception de l’Italie, les investisseurs rassurés sur la coalition gouvernementale italienne, le Brexit et Hong Kong délaissant un peu ces actifs refuges.

«Les marchés actions respirent et du coup les taux d’emprunts remontent» après s’être largement détendus ces derniers temps» dans un contexte lourd d’incertitude, a résumé auprès de l’AFP Eric Vanraes, gérant obligataire de la banque suisse Eric Sturdza.

«Il y a trois sources de soulagement», a-t-il poursuivi, à commencer par «le retour au calme attendu à Hong Kong après le retrait du projet de loi sur les extraditions».

L’exécutif hongkongais a accédé mercredi à une demande clé des manifestants en annonçant le retrait définitif de ce texte, à l’origine du mouvement de contestation.

En Europe, «le premier succès dans le processus pour bloquer un Brexit sans accord» a également joué, a noté M. Vanraes.

Boris Johnson a engagé un nouveau bras de fer avec le Parlement britannique mercredi, après une défaite humiliante la veille sur sa stratégie du Brexit au cours de laquelle il a perdu sa majorité absolue avec la défection d’un député avant d’être désavoué par une majorité d’élus.

Les députés doivent maintenant se prononcer sur une loi visant à empêcher une sortie sans accord de l’Union européenne, envisagée par le Premier ministre. Si les députés votent en faveur de ce texte de loi, et donc contre le gouvernement, Boris Johnson a déclaré mercredi qu’il soumettrait au vote de la Chambre des Communes une motion pour convoquer des élections législatives anticipées le 15 octobre.

Enfin «la nouvelle coalition au pouvoir en Italie qui semble plus +bruxello-compatible+ rassure le marché», a complété M. Vanraes.

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a présenté mercredi les membres de son nouvel exécutif dans lequel l’eurodéputé pro-européen du Parti démocrate (PD, centre gauche) Roberto Gualtieri occupera le poste stratégique de ministre de l’Economie et des Finances.

Luigi Di Maio, chef du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) sera le nouveau chef de la diplomatie italienne.

«Le mélange de ces trois ingrédients redonne un peu le goût du risque» aux investisseurs, a-t-il ajouté et permet ainsi au taux d’emprunt à 10 ans de l’Italie de continuer à se détendre et à réduire l’écart (spread) avec l’Allemagne.