Bonds Europe: la dette italienne très prisée, moindre détente ailleurs

AWP

2 minutes de lecture

Le rendement allemand à 10 ans ("Bund") est un peu descendu, à -0,710%.

La dette italienne a été à nouveau plébiscitée mardi par les investisseurs, qui s'attendaient à l'avènement d'un nouveau gouvernement de coalition en Italie, tandis que le reste du marché obligataire restait à des niveaux toujours extrêmement bas.

En Italie, "a priori, la coalition va se mettre en place, à moins qu'il y ait encore une surprise", le vote des adhérents du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) sur une alliance avec le Parti démocrate (PD, centre-gauche) étant en cours jusqu'à 16H00 GMT, indique auprès de l'AFP Gilles Pradere, gérant obligataire chez RAM Active Investments.

"La menace de confrontation est passée, ce qui a bénéficié au marché de la dette italienne", qui a touché en séance un nouveau plancher, résume l'expert.

Même si les deux partis annoncent "un budget officiellement expansionniste, ils veulent rester responsables d'un point de vue fiscal et ne sont pas en conflit avec la ligne de l'Union européenne", ce qui apaise les investisseurs, souligne aussi M. Pradere.

En revanche, les milieux financiers continuent de flotter dans un "environnement globalement négatif", étant toujours "otages" de l'évolution de la guerre commerciale sino-américaine, sans savoir exactement si une réunion aura lieu ou non prochainement entre les deux parties en conflit.

Le président américain, Donald Trump, a mis en garde mardi la Chine contre la tentation de jouer la montre dans les négociations commerciales dans l'espoir qu'il ne soit pas réélu en 2020.

L'hôte de la Maison Blanche a, dans le même temps, assuré que "les négociations avec la Chine se passent bien", bien que de nouveaux tarifs douaniers sur des milliards de dollars de produits chinois soient entrés en vigueur dimanche.

Autre ombre au tableau, "les indicateurs avancés incitent à rester dans cette humeur déprimée sur la croissance et à attendre les annonces des banques centrales ce mois-ci", observe M. Pradere.

Nouveau plus bas du Bund

Par ailleurs, "le suspense du Brexit s'accélère": le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a perdu mardi la majorité absolue au Parlement après la défection d'un député, au moment même où il tentait d'imposer sa stratégie du Brexit à un Parlement en ébullition.

Les députés de l'opposition et des rebelles conservateurs hostiles à un Brexit dur le 31 octobre veulent tenter d'obtenir le vote au Parlement d'une loi empêchant le chef du gouvernement de faire sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord.

Conséquence, "les taux restent à des niveaux extrêmement bas en Europe", le taux de référence en zone euro, le Bund allemand, ayant encore poursuivi mardi sa descente entamée depuis plusieurs mois pour signer un nouveau plus bas.

A 18H00 (16H00 GMT), le rendement allemand à 10 ans ("Bund") est un peu descendu, à -0,710% contre -0,705% lundi à la clôture du marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise. Il a atteint en séance un nouveau plancher à -0,743%.

Celui de la France s'est, de son côté, stabilisé à -0,402%, comme lundi, tandis que le taux d'emprunt à dix ans de l'Espagne a légèrement baissé, à 0,101% contre 0,119%.

Le taux d'emprunt italien à 10 ans a plongé en revanche plus significativement, à 0,870% contre 0,961%, signant même en séance un nouveau plus bas historique, à 0,850%.

Le rendement de même maturité du Royaume-Uni a fini sans grand changement, à 0,400% contre 0,409%, après être toutefois descendu jusqu'à un nouveau plancher historique de 0,367%.

Enfin, aux Etats-Unis, après un jour férié, le taux à dix ans baissait à 1,452%, contre 1,496% vendredi, de même que le taux à 30 ans, à 1,935% contre 1,963%. Le taux à deux ans s'affichait pour sa part à 1,446%, contre 1,504%.

Imprimer