Bonds Europe: forte remontée des taux

AWP

2 minutes de lecture

Le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne est monté à -0,238% contre -0,338% mercredi. Celui de la France a carrément quitté le territoire négatif.

Les taux d’emprunt en zone euro ont connu un fort mouvement de tension jeudi après l’annonce d’une levée progressive des taxes douanières sino-américaines, ce qui a valu au rendement français à dix ans de repasser en territoire positif.

Ce dernier était passé sous le seuil de zéro pour la première fois de son histoire le 18 juin, après des propos accommodants de Mario Draghi, l’ancien président de la Banque centrale européenne (BCE). Il évoluait en territoire négatif depuis, à l’exception d’une incursion furtive dans le vert en juillet.

Ce passage en territoire positif, intervenu en fin de matinée, «est symbolique pour l’instant», surtout que les taux d’emprunt à dix ans d’autres pays européens restent dans le rouge, à commencer par celui de l’Allemagne, ou «Bund», qui fait référence, a estimé auprès de l’AFP François Raynaud, gérant allocation d’actifs et dettes souveraines chez Edmond de Rothschild AM.

L’ensemble des taux d’emprunt européens, orientés à la hausse depuis début octobre, ont nettement accéléré leur ascension jeudi dans le sillage de l’annonce par la Chine d’un accord avec les Etats-Unis sur une levée «par étapes» de leurs droits de douane punitifs mutuels.

«Cela prend un petit peu le contrepied de la séance d’hier», où les taux avaient fini en légère baisse après des informations selon lesquelles il n’y aurait pas de progrès dans les négociations sino-américaines, a relevé auprès de l’AFP Axel Botte, stratégiste obligataire chez Ostrum AM.

Mais depuis, le marché «s’est un peu retourné», selon lui, à la faveur des nouveaux développements intervenus jeudi, au moment où Pékin et Washington s’efforcent de finaliser un accord partiel sur leur différend commercial.

«Durant les deux dernières semaines, les négociateurs en chef des deux pays ont mené des discussions sérieuses et constructives», a déclaré Gao Feng, porte-parole du ministère chinois du Commerce.

«Ils ont convenu d’une annulation progressive des tarifs douaniers additionnels, au fur et à mesure de la progression vers un accord» final, a-t-il souligné lors d’une conférence de presse.

Forte réaction des taux

«Pour une fois, nous avons une réaction quasiment plus forte sur les marchés de taux que sur les marchés actions», a encore constaté M. Botte.

La perspective d’une résolution, même partielle, du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis soutient les marchés actions depuis fin octobre et a parallèlement contribué à une remontée des rendements obligataires, les investisseurs se détournant de ces actifs refuges en faveur de placements plus risqués.

A 18H00 (17H00 GMT), le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne (Bund) est monté à -0,238% contre -0,338% mercredi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Celui de la France a connu un mouvement similaire, à 0,053% contre -0,043%, à l’instar de celui de l’Espagne, à 0,377% contre 0,286%.

Le mouvement de hausse a été encore plus marqué pour l’Italie, à 1,162% contre 1%. La dette et le déficit publics italiens devraient augmenter en 2020, selon les prévisions d’automne diffusées jeudi par la Commission européenne, qui a toutefois exclu de rejeter le budget présenté par Rome pour l’an prochain.

Au Royaume-Uni, le rendement à dix ans a également progressé, quoique plus modestement, à 0,789% contre 0,711%. La Banque d’Angleterre a annoncé jeudi avoir maintenu son taux d’intérêt à 0,75% mais est prête à le baisser pour soutenir l’activité si les incertitudes du Brexit et le ralentissement économique mondial continuent de peser sur la conjoncture.

Aux États-Unis, le taux à dix ans s’appréciait aussi, à 1,940% contre 1,820%, tout comme celui à 30 ans, à 2,413% contre 2,316%. Le taux à deux ans s’affichait pour sa part à 1,683%, contre 1,609%.