Bonds Europe: détente sur le marché, craintes ravivées sur le commerce

AWP

1 minutes de lecture

Le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne a reculé à -0,352% contre -0,284% lundi à la clôture.

Le marché européen de la dette s’est détendu mardi, au lendemain d’un fort mouvement de tension, le retour de l’aversion au risque sur les marchés actions incitant en outre les investisseurs à trouver refuge auprès des obligations d’Etat.

Après «une séance d’aversion significative pour le risque hier, avec -2% sur les marchés actions européens, nous avons aujourd’hui une configuration logique avec des flux acheteurs sur les actifs sans risque que sont les taux souverains», a résumé auprès de l’AFP Guillaume Truttmann, gérant chez Meeschaert Asset Management.

Les taux «font office de valeur refuge après la baisse des marchés actions hier», qui s’est poursuivie ce mardi, a-t-il complété.

Les nouvelles offensives américaines sur le commerce, qui se multiplient depuis lundi, ont brutalement assombri le moral des investisseurs, jusqu’alors porté par l’espoir de la signature à court terme d’un accord phase 1 entre les Etats-Unis et la Chine sur le commerce.

Mais ce mardi, Donald Trump a indiqué qu’un accord commercial avec la Chine pourrait «attendre après l’élection» présidentielle de novembre 2020 aux Etats-Unis.

«Je n’ai pas de date butoir», a souligné le président américain. «D’une certaine manière, j’aime bien l’idée d’attendre après l’élection pour l’accord avec la Chine», a-t-il ajouté en envisageant sa réélection.

Le président américain avait déjà porté un coup à la confiance des marchés lundi en annonçant que les États-Unis allaient imposer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Brésil et de l’Argentine, justifiant sa décision par le besoin de riposter à la dévaluation des monnaies de ces pays.

Dans la nuit, il s’est aussi attaqué à la France en menaçant d’imposer des droits de douane additionnels, pouvant aller jusqu’à 100%, sur l’équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français en réponse à l’instauration par le pays d’une taxe sur les géants américains du numérique.

Mais la détente des taux s’explique aussi par «une certaine consolidation après le mouvement de hausse de lundi, d’autant plus que la séance a été très calme en termes de publications macroéconomiques», a estimé M. Truttmann.

A 18H00 (17H00 GMT), le taux d’emprunt à dix ans de l’Allemagne (Bund) a reculé à -0,352% contre -0,284% lundi à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

Celui de la France a suivi la même tendance, repassant sous zéro, à -0,048% contre 0,024%, tout comme celui de l’Espagne, à 0,405% contre 0,482%, et celui de l’Italie, à 1,283% contre 1,347%.

Au Royaume-Uni, le taux d’emprunt à dix ans s’est replié à 0,666% contre 0,736%.

Aux États-Unis, le taux à dix ans baissait fortement à 1,697% contre 1,819% lundi, tout comme celui à 30 ans, à 2,147% contre 2,266%. Celui à deux ans s’affichait à 1,524% contre 1,600%.