Petrobras-Odebrecht: plus de 300 millions encore dans les banques suisses

AWP

1 minutes de lecture

Brasilia aurait mandaté un cabinet d’avocats genevois pour prendre en main le processus de récupération d’avoirs détournés.

Au plus fort du gigantesque scandale de corruption impliquant les multinationales brésiliennes Petrobras et Odebrecht, les autorités helvétiques avaient ordonné le séquestre de près de 1,1 milliard de francs. A ce jour, près d’un tiers des avoirs gelés se trouve encore dans les coffres de banques suisses.

Dans le cadre de cette affaire, des procédures pénales sont toujours en cours, a confirmé mardi à AWP le Ministère public de la Confédération (MPC). En automne dernier, il y en avait une quarantaine, dont trois contre des institutions financières helvétiques.

Ces procédures «sont instruites en raison du soupçon de défaut d’organisation interne qui n’aurait pas permis d’empêcher la commission de possibles infractions», précise le MPC, signalant qu’une quinzaine d’entre elles ont été reprises par les autorités brésiliennes à des fins de poursuite.

Selon les dernières données disponibles (septembre 2020) des valeurs patrimoniales pour plus de 310 millions de francs étaient sous séquestre en Suisse par ordre du MPC. Les confiscations ou créances compensatoires prononcées totalisaient plus de 260 millions et les montants rendus aux autorités brésiliennes quelque 420 millions.

Cabinet genevois sollicité

Selon un article paru le week-end dernier sur UOL, Brasilia aurait mandaté fin 2020, «après des années de tractations et de négociations», un cabinet d’avocats genevois pour prendre en main le processus de récupération d’avoirs détournés.

Citant des «juristes suisses», le portail d’information brésilien laisse entendre que des procédures pourraient être entamées «contre les opérateurs financiers, voire contre les banques ayant facilité la fuite de ces patrimoines» vers la Suisse.

Le mandat confié au cabinet genevois a cependant été contesté par la Cour des comptes de l’union (TCU), qui a souligné que quand bien même les avocats agissent au nom du Brésil, ils ne pourront pas avoir accès aux documents du MPC.

En relation avec Petrobras et Odebrecht, ce dernier mène depuis 2014, en collaboration avec les offices fédéraux de la police (Fedpol) et de la justice (OFJ), une vaste investigation pour soupçon de blanchiment d’argent aggravé et de corruption d’agents publics étrangers, portant sur environ 1000 relations bancaires.

Dans le cadre de ce complexe d’enquêtes, plus de 210 demandes d’entraide judiciaire de différents pays, principalement du Brésil, ont été déléguées par l’OFJ au MPC, dont environ deux tiers avaient été exécutées en septembre 2020.

A lire aussi...