Informatique fédérale: feu vert à deux crédits liés aux systèmes SAP

AWP

1 minutes de lecture

Le Conseil fédéral a adopté deux programmes pour un coût total de 780 millions de francs, prestations propres de l’administration incluses.

La Confédération va obtenir 560 millions de francs pour le renouvellement de son environnement informatique. Le Conseil des Etats a approuvé mardi par 32 voix et une abstention cette demande du Conseil fédéral, qui a accepté les conditions posées par le National en juin.

Berne doit renouveler l’environnement SAP utilisé actuellement par l’administration fédérale, car la société SAP n’assurera plus la maintenance des programmes au-delà de 2027. Tous les systèmes existants de planification des ressources d’entreprises (ou Enterprise Ressource Planning, ERP) doivent être remplacés d’ici là.

Il s’agit d’un des plus grands projets informatiques de l’administration fédérale, a souligné Eva Herzog (PS/BS) au nom de la commission. Le Conseil fédéral a adopté deux programmes pour un coût total de 780 millions de francs, prestations propres de l’administration incluses.

Le programme «Superb», qui vise à transférer les systèmes de l’administration fédérale civile, devrait bénéficier d’un crédit-cadre de 320 millions. Le programme «Systèmes ERP D/ar» (ou ERPSYSVAR), qui vise à migrer les systèmes liés aux engagements de l’armée, a besoin de 240 millions.

Gains d’efficacité prévus

Pour Ueli Maurer, ce projet est plus qu’un simple changement de programme informatique. Il va modifier de nombreux processus de travail au sein de l’administration fédérale, a expliqué le ministre des finances, qui prévoit d’importants «gains d’efficacité».

Le National a approuvé à l’unanimité ces crédits en juin, tout en y posant des conditions. Le gouvernement devra soumettre d’ici à la fin de l’année un rapport sur les avantages et synergie potentiels ainsi que sur les effets sur le personnel attendus des deux programmes. Chaque unité de l’administration fédérale centrale devra aussi publier un rapport d’ici à fin juillet 2021.

Par ailleurs, l’argent ne sera pas libéré tant que le Conseil fédéral n’aura pas édicté une directive l’habilitant à donner des instructions lorsque les départements et offices fédéraux impliqués n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le programme. Il s’agit de pouvoir vérifier ultérieurement les effets du projet.

Le 19 août, le Conseil fédéral a satisfait à ces demandes et adapté en conséquence ses directives concernant le programme «Superb».

A lire aussi...