Les flux mondiaux des ETF affichent à nouveau une forte croissance

Benoît Garcia, Amundi Suisse

1 minutes de lecture

La préférence des investisseurs pour les actifs risqués s’est renforcée en septembre.

L’appétit des investisseurs pour les ETF est resté soutenu en septembre avec des souscriptions quasiment équivalentes à celles enregistrées le mois précédent, à 48,6 milliards d’euros. 

La préférence des investisseurs pour les actifs risqués s’est renforcée. Les flux dirigés vers les ETF actions ont ainsi été supérieurs à ceux destinés aux marchés obligataires avec des hausses respectives de 33 milliards et 13,9 milliards. Cet intérêt pour les actifs risqués offrant des rendements plus élevés se reflète dans presque toutes les allocations d’actifs.

Les flux en Europe – faits marquants du mois

Obligations

  • Pour la première fois depuis le début de la crise, les flux mensuels vers les ETF obligataires enregistrés en Europe ont été négatifs en septembre avec des sorties de 410 millions d’euros.
  • Bien que le segment obligataire en général ait été quelque peu délaissé, les flux au sein de cette classe classes d’actifs illustrent à nouveau l’appétit des investisseurs pour le risque.
  • Ainsi, les ETF dédiés aux emprunts d’Etats américains et de la zone euro ont enregistré des sorties respectives de 473 millions et de 478 millions tandis que les produits dédiés aux obligations souveraines chinoises et aux marchés émergents ont attiré des souscriptions de 1 milliard et 740 millions.
  • Nous avons assisté à des décollectes significatives sur les dettes corporate à hauteur de 1,9 milliard. Au sein de cette classe d’actifs, les investisseurs ont cependant retiré 1,26 milliard de la dette « Investment Grade » de la zone euro et alloué 253 millions au «High Yield» américain – preuve supplémentaire de l’intérêt grandissant des investisseurs pour les actifs moins défensifs mais générant des rendements plus élevés.

Actions

  • Les souscriptions sur les ETF actions enregistrés en Europe se sont élevées à 6,4 milliards au cours du mois. L’appétit des investisseurs pour les actifs risqués s’est illustré non seulement à travers l’investissement en actions mais également à travers le type de stratégies privilégiées au sein de la classe d’actifs actions. 
  • La tendance observée le mois précédent favorisant les actions monde dans les allocations s’est poursuivie avec des souscriptions de 1 milliard d’euros. De même, 2,9 milliards ont été alloués aux stratégies nord-américaines. C’est la première fois depuis le début de la crise que les investisseurs surpondèrent ces deux classes d’actifs.
  • Ce fort appétit pour le risque se retrouve également dans l’allocation de 459 millions au secteur des matériaux et de 194 millions aux valeurs industrielles – ces deux secteurs cycliques ayant tendance à bien performer quand les économies se redressent.
  • Si les stratégies Smart Beta n’ont pas attiré de souscriptions significatives, les stratégies Momentum et Value ont rencontré davantage de succès en attirant des flux respectifs de 264 millions et 253 millions. Celles-ci ont tendance à bien performer dans les phases de marchés haussiers et lorsque les perspectives de croissance sont plus favorables.
  • Sur le segment de l’ESG, au cours du mois, 3,2 milliards ont été alloués à des ETF européens. Cela porte le montant des flux ETF dédiés aux investissements ESG à environ 20 milliards cette année, un montant plus de trois fois supérieur à l’an dernier sur la même période. Il s’agit de la seule stratégie actions qui n’a pas subi de revers pendant la crise. Son succès reste visiblement intact.

 

A lire aussi...