Vigilance et prudence sont de mise pour 2019

Gergely Majoros, Carmignac

2 minutes de lecture

Si la situation cyclique continue de se détériorer, nous pouvons nous attendre à de nouvelles mesures de relance budgétaire.


© Keystone

L'économie est dans une phase de ralentissement. Elle souffre de la mesure des forces des États-Unis et de la Chine, et de la normalisation de la politique des banques centrales exposent les investisseurs à un triple risque de collision. Une stratégie prudente mais vigilante est recommandée.

Après une année 2018 riche en rebondissements, il est temps de prendre du recul et d’évaluer les perspectives du marché actions pour 2019. Le cycle économique mondial est clairement entré dans sa phase de ralentissement. L’indicateur composite avancé de l’OCDE a quasiment atteint le niveau du début du cycle de 2016. L’économie américaine reste vigoureuse par rapport à celle du reste du monde, mais les premiers signes d’affaiblissement apparaissent. L’économie chinoise, l’autre moteur de la croissance mondiale, continue de ralentir. Si la situation cyclique continue de se détériorer, nous pouvons légitimement nous attendre à de nouvelles mesures de relance budgétaire, lesquelles pourraient fortement alimenter le cycle mondial, comme cela a été le cas en 2016. La situation actuelle est toutefois différente. Les dirigeants chinois bénéficient d’une marge de manœuvre considérablement réduite pour doper l’économie, car l’excédent courant a pratiquement disparu.

La Chine a présenté des plans ambitieux en termes de politique industrielle,
de leadership technologique et même d’expansion géopolitique.
Le cycle économique reste influencé par la Chine et les Etats-Unis

La guerre commerciale pèse également sur les perspectives économiques mondiales. Les États-Unis et la Chine ont récemment montré d’importants signes d’apaisement. Mais, à plus long terme, le conflit pourrait persister. La Chine a présenté des plans ambitieux en termes de politique industrielle, de leadership technologique et même d’expansion géopolitique, notamment avec les nouvelles routes de la soie. L’administration américaine actuelle ne va pas se contenter de rester à l’écart et d’observer, comme en témoigne la multiplication des obstacles, par exemple en ce qui concerne l’accès chinois aux semi-conducteurs américains et l’accès de Huawei aux réseaux 5G mondiaux.

«Retour à la normale» des banques centrales – les investisseurs confrontés au triple risque de collision

Dernier point et non des moindres, les principales banques centrales ont annoncé qu’elles poursuivraient la normalisation prudente de leur politique monétaire. En bref, ce scénario réunissant trois facteurs de risque concomitants, à savoir les bouleversements monétaires, économiques et politiques démarrés en 2018, pourrait durer. La prudence est donc de mise à court terme. Ainsi, nous continuons de privilégier les valeurs de qualité, c’est-à-dire les entreprises bénéficiant de perspectives de croissance solides et d’un bilan sain, pour parer à la faible croissance et à la baisse de la liquidité mondiale. C’est le cas d’entreprises sélectionnées dans les secteurs américains de la technologie, de la santé et des biens de consommation discrétionnaire. Nous voyons également certaines opportunités en Chine, notamment sur le marché des actions A, qui a souffert d’importantes sorties de capitaux.

Approche prudente, mais avec des opportunités de bons points d’entrée

En même temps, il est très difficile d’imaginer qu’un nouvel affaiblissement économique et qu’une correction des marchés actions ne puisse pas convaincre les principales banques centrales de renoncer à leur normalisation monétaire. Que se passerait-il si les banques centrales, en particulier la Fed, marquaient une pause voire faisaient marche arrière sur la normalisation de leur politique monétaire? Ou si la Chine décidait de doper son économie de manière substantielle? Dans ce cas, la perspective d’un retour aux politiques de relance pourrait donner des ailes aux actifs à risque, avec en tête de liste les marchés émergents à court de liquidités. Par conséquent, nous maintenons une approche prudente, mais nous restons également à l’affût de bons points d’entrée, car cette année ne manquera pas d’apporter son lot d’opportunités.

A lire aussi...