Vaccins et bouées météorologiques – Commodity Weekly de Saxo

Ole Hansen, Saxo Bank

1 minutes de lecture

Le secteur des matières premières n'a progressé «que» de 2% depuis l'annonce de Pfizer et BioNTech du 9 novembre.

Les marchés mondiaux restent déchirés entre l'impact négatif de la recrudescence des cas de coronavirus dans le monde et la perspective de la mise en place de vaccins au cours de la nouvelle année. Depuis l'annonce du 9 novembre de la mise en place de vaccins par Pfizer/BioNTech et Moderna la semaine dernière, les marchés ont essayé de se concentrer sur un thème de reprise. Toutefois, cette perspective est encore entravée par les incertitudes quant au moment où les vaccins auront un impact significatif sur la communauté mondiale. Notamment si l'on considère la hausse continue des cas de coronavirus dans le monde, qui entraîne une nouvelle fermeture d'activités et une réduction de la mobilité.

Cela explique aussi en partie pourquoi le secteur des matières premières n'a augmenté «que» de 2% depuis l'annonce du 9 novembre. Alors que l'énergie et les métaux industriels, qui bénéficieraient d'une mobilité accrue et d'une reprise économique, ont augmenté, les principaux gains ont, dans une certaine mesure, continué à être tirés par le secteur agricole.

Attention: ce texte a été traduit avec un outil automatique.

 

A lire aussi...