Tout le monde sur le pont

Pierre Mermod, BCV

1 minutes de lecture

Le marché actions a sur-réagi au Japon, suite à la chute amorcée à New York. La situation fondamentale reste cependant bonne à Tokyo.

Les bourses mondiales ont surpris par la rapidité et la violence de leur chute. Comme souvent, les actions japonaises ont sur-réagi par rapport à leurs consœurs occidentales. L’indice Nikkei 225 a ainsi perdu 1072 points mardi matin, après avoir déjà perdu 592 points la veille. Cependant, la situation fondamentale reste bonne à Tokyo, elle est même meilleure qu’aux États-Unis par exemple. Les sociétés japonaises se traitent à moins de quinze fois les bénéfices à douze mois, et à moins d’une fois et demie leur valeur comptable. Elles offrent en outre près de 2% de rendement au dividende.

Risque de recul des liquidités

Un changement de politique des banques centrales fait craindre un recul des liquidités. Mais une hausse du coût de la main-d’œuvre aux Etats-Unis n’aura pas d’influence sur la situation au Japon. Au contraire, la Banque du Japon cherche désespérément à générer 2% d’inflation et elle sera vraisemblablement la dernière à resserrer sa politique.

Retour des niveaux boursiers attractifs

Sur le plan technique, une consolidation était attendue après une hausse de plus de 30% depuis avril 2017. En seulement deux semaines, la moitié de ce mouvement a été effacé et l’indice Nikkei 225 s’est même approché de sa moyenne mobile des 200 jours. De plus, nos modèles de valorisation indiquent que nombre de titres sont revenus à des niveaux boursiers attractifs.
Lors de telles chutes, les investisseurs les moins expérimentés ont tendance à paniquer et les machines font ce qu’on leur a demandé, soit agir sans réfléchir. Cela crée des poches d’inefficience qui peuvent être exploitées. Les gérants actifs peuvent ainsi en tirer profit et trier le bon grain de l’ivraie.

 

A lire aussi...