Reprise économique hétérogène à l’image de la crise – Prévisions de la BCGE

Communiqué, Banque Cantonale de Genève

1 minutes de lecture

La manufacture tire son épingle du jeu et soutient la croissance à 2,7% pour Genève et 2,5% pour la Suisse en 2022.

Après le rebond qui a suivi la crise, l’économie suisse retrouve ses fondamentaux. La reprise est cependant à géométrie variable selon les secteurs, les régions et la taille des sociétés. La manufacture tire son épingle du jeu et soutient la croissance à 2,7% pour Genève et 2,5% pour la Suisse en 2022. La hausse du chômage est limitée à 5,2% à Genève (2,6% en Suisse). La hausse de l’inflation est maitrisée et ne devrait pas provoquer de resserrement des taux en Suisse avant 2023. Ce contexte de taux favorable, couplé à l’évolution de la demande suite à la crise pandémique, offre de belles perspectives à l’immobilier résidentiel genevois.

Après le rebond, la croissance est solide 

Les effets économiques de la crise pandémique s’effacent derrière la reprise du commerce mondial tiré par la Chine. Les matières premières, les semi-conducteurs et l’automobile sont à l’honneur, représentant près du tiers des échanges mondiaux. Genève, dont l’économie est orientée vers la zone dollar plus que vers la zone euro profite à plein de cette dynamique. La chimie et la pharma, ainsi que l’horlogerie sont en reprise forte. Le négoce des matières premières constitue également, au côté des banques privées et commerciales, une source de revenu importante et apporte un soutien substantiel à l’ensemble.

Chômage et inflation sont maitrisés

Les politiques de soutien mises en place par les différents pouvoirs publics ont permis d’absorber le choc. Le constat est toutefois différencié selon les branches, et le secteur de l’hôtellerie-restauration a été plus durement touché. Un chômage maîtrisé a permis à la capacité d’épargne des ménages d’augmenter, qui est principalement investie plutôt que consommée, sans influence significative sur le niveau général des prix. L’inflation reste pour l’instant sous contrôle. Un resserrement des taux n’est pas encore à l’ordre du jour (en 2022) mais pourrait intervenir en 2023 aux Etats-Unis d’abord puis en Europe et finalement en Suisse.

L’immobilier est en croissance à Genève

Si la crise pandémique n’a pas eu d’influence directe sur l’immobilier, en particulier genevois, elle a en revanche fait évoluer la demande et le type de biens recherchés. La volonté de plus d’espace et l’amélioration du logement ont alimenté la demande de villas individuelles et les grandes PPE (plus de 4 pièces) dont les prix ont fortement progressé. En revanche, en dépit des transitions en marche dans l’immobilier commercial, les prix ont peu réagi aux incertitudes de l’environnement économique; arcades et hôtels pourraient être plus durablement touchés. Les conditions de financement, et en particulier les taux d’intérêt bas, continueront d’offrir des conditions attractives d’investissement.

A lire aussi...