Les trublions en proie à l'agitation

Philippe G. Müller, UBS

2 minutes de lecture

Les tensions commerciales accrues devraient amener à réduire l’exposition au secteur des technologies de l'information (TI) mondiales.


©Keystone

Le secteur de la technologie est un trublion. Mais c'est à présent à son tour d'être en proie à l'agitation. Les Etats-Unis ont accentué la pression sur la Chine en plaçant le grand fabricant d'équipements télécoms Huawei sur une liste d'entreprises chinoises visées par des restrictions aux transferts de technologie.

Les tensions commerciales accrues entre les Etats-Unis et la Chine devraient amener à réduire l’exposition au secteur des technologies de l'information (TI) mondiales. Les répercussions sont vastes et se feront sentir rapidement. 

Certaines entreprises non américaines se voient obligées de se conformer
elles aussi aux restrictions US à l’encontre de Huawei.

Même si les Etats-Unis ont accordé des dérogations temporaires, les entreprises se mettent rapidement en conformité avec les nouvelles règles. Google privera Huawei de son accès au système d'exploitation Android pour ses nouveaux téléphones et les plus gros fabricants de puces au monde, dont Qualcomm et Intel, seraient en passe de cesser de fournir Huawei. 

Même si un impact neutre, voire légèrement positif pour les valeurs technologiques européennes est attendu, certaines entreprises non américaines se voient obligées de s'y conformer elles aussi. En effet, les restrictions empêchent également Huawei d'acheter des biens composés de 25% ou plus de technologies ou matériaux d'origine américaine.

La Chine pourrait riposter

La Chine a également des moyens de pression sur la chaîne d'approvisionnement mondiale dans la mesure où elle contrôle 80% de l'offre mondiale de terres rares transformées. Le président Xi Jinping et son principal négociateur commercial ont souligné cet avantage lors d'une visite officielle chez un producteur de terres rares local. 

Une restriction des exportations de terres rares de la part de la Chine aurait un impact négatif sur la production de biens high tech tels que les éoliennes, la robotique et les véhicules électriques.

Valorisation du secteur technologique toujours en hausse

Les investisseurs auront été avisé de prendre leurs bénéfices après la surperformance. Les valeurs technologiques internationales sont désormais valorisées à hauteur de vingt fois leurs bénéfices prévus dans douze mois, un ratio qui se situe dans le haut de sa fourchette des 25 dernières années, abstraction faite de la bulle Internet entre 1998 et 2003. 

La plupart des produits technologiques
de grande consommation seraient concernés.

Même si la valorisation du secteur n'est pas déconnectée de sa moyenne historique, il est préférable  de prendre ses bénéfices sur sa surperformance significative: en effet, depuis le 1er janvier, malgré le récent repli, les valeurs technologiques sont toujours en hausse de 19%, contre 11% pour les actions mondiales.

Les bénéfices des entreprises technologiques vont souffrir

A supposer que les restrictions actuelles restent en place, les bénéfices du secteur devraient diminuer de quelques points de pourcentage aux Etats-Unis, de l'ordre de 5% en Asie et de 5 à 10% à Taïwan. 

En outre, si les Etats-Unis instaurent des droits de douane de 25% sur les 300 milliards de dollars d'importations en provenance de Chine qui en sont encore exonérés, la plupart des produits technologiques de grande consommation comme les smartphones, les PC et les tablettes, ainsi que le matériel informatique d'entreprise, seraient concernés. Dans ce cas de figure, il est possible que les bénéfices du secteur technologique à l'échelle mondiale seront amputés de cinq points de pourcentage supplémentaires.

Impact sur les semi-conducteurs et le matériel informatique

L'impact se fera sentir sur la chaîne d'approvisionnement mondiale, notamment sur les segments du matériel informatique et des semi-conducteurs. Depuis leur sommet de la fin avril, ces derniers accusent un repli de 18% et 11% respectivement. L’impact, quant à lui, dépendra de la durée et de l'ampleur des restrictions qui visent Huawei. 

Les entreprises spécialisées dans les paiements
et le conseil informatique ont des qualités défensives.

A supposer que les restrictions actuelles restent en place, les bénéfices des entreprises qui s'inscrivent dans la chaîne d'approvisionnement mondiale du secteur technologique devraient diminuer de 10%. L'impact négatif se ferait notamment sentir sur les segments des semi-conducteurs et du matériel informatique. 

Privilégier les prestataires de services

Il est donc recommandé de favoriser les éditeurs de logiciels et les prestataires de services informatiques, qui semblent mieux immunisés. Leur chiffre d'affaires est majoritairement récurrent et ils sont très peu exposés à la Chine. 

Les entreprises spécialisées dans les paiements et le conseil informatique ont des qualités défensives, tandis que les entreprises qui se convertissent au cloud ont des perspectives de croissance à long terme attrayantes. Il est également conseillé de relever l’exposition aux services de communication. 

Ce secteur présente un mix intéressant de valeurs peu sensibles à la conjoncture et aux tensions commerciales actuelles. Les géants américains et asiatiques de l'Internet réalisent l'essentiel de leurs bénéfices sur leur marché national. Ils surfent sur une croissance à long terme attrayante et présentent une valorisation raisonnable.

Enfin, à plus long terme, le secteur technologique offre toujours des perspectives intéressantes et restera un foyer d'innovations et de rupture. Il y aura donc des gagnants et des perdants.

A lire aussi...