La pression sur les Fed augmente

Nick Wall, Merian Global Investors

1 minutes de lecture

Il est logique de s'attendre à une Fed modéré au cours de l'été, car toute réticence à l'assouplissement se fera rapidement sentir sur les marchés.

La patience n'est plus un luxe pour Jerome Powell, président de la Réserve fédérale américaine (Fed). Il se serait déjà senti restreint lorsque les marchés ont procédé à des baisses de taux agressives et que la guerre commerciale sino-américaine a miné la confiance des entreprises, et maintenant, le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a augmenté la pression pour agir. Les remarques de M. Draghi à Sintra hier indiquaient que des baisses de taux et, potentiellement, d'autres assouplissements quantitatifs seront annoncés avant la fin de son mandat, en octobre. Cette situation a entraîné la faiblesse de l'euro, car des milliards de dettes européennes supplémentaires se négocient désormais avec un rendement négatif.

Pourquoi est-ce important?

Si la Fed adopte une position «hawkish» aujourd'hui, citant des spreads de crédit serrés et des marchés boursiers proches de niveaux records, alors le dollar américain est susceptible de s'engager dans une grande reprise. Les écarts de rendement entre les taux américains, européens et japonais seraient si grands que l'argent affluerait dans les fonds du marché monétaire américain, privant ainsi le reste du monde de la monnaie de financement mondiale. Cela est important compte tenu de l'accumulation de la dette libellée en dollars sur les marchés en développement depuis la crise. Elle exercerait également des pressions sur le renminbi chinois pour qu'il s'affaiblisse, exacerbant les tensions géopolitiques avant le G20 alors que le renminbi s'approchait de sept pour un dollar. Enfin, les spreads de crédit se élargirait à mesure que la «Fed put» dévaloriserait et que les entreprises américaines verraient leurs bénéfices à l'étranger baisser en raison de la vigueur du dollar. Au fur et à mesure que cela se produirait, la Fed finirait, à mon avis, par faire un autre demi-tour et valider les prix du marché.

C'est pourquoi il est logique de s'attendre à une Fed modéré au cours de l'été, car toute réticence à l'assouplissement se fera rapidement sentir sur les marchés – mais le moment est difficile à prévoir. Nous ne connaissons pas encore assez bien cette Fed pour être confiants qu'elle sera proactive et qu'elle prolongera le cycle de croissance qui a battu des records. Si la Fed n'est pas disposée à réduire le degré de divergence de la politique monétaire avec les autres banques centrales des marchés développés, elle risque de mettre fin à ce cycle économique par une reprise destructrice du dollar.