La Fed est désormais sous pression pour agir

Arthur Jurus, Landolt & Cie

1 minutes de lecture

La Réserve fédérale pourrait augmenter le taux d’intérêt sur les réserves excédentaires, actuellement à 0,07%.

La Réserve fédérale américaine tiendra ce mercredi 17 mars une nouvelle réunion de politique monétaire.

La Fed devrait ainsi rester passive sur les niveaux de ses rachats d’actifs et sur le niveau de son taux directeur. Ses prévisions économiques pourraient être revues en hausse, en raison (i) du nouveau plan budgétaire de 1’900 milliards de dollars susceptibles de ramener l’activité sur sa trajectoire de long-terme pré-COVID, (ii) de la hausse du prix du baril (+200% sur un an).

Officiellement, la Fed justifie actuellement le statu quo de sa politique monétaire par les 9,5 millions d’emplois détruits depuis un an pour ne pas réagir à la hausse temporaire de l’inflation. Nous considérons néanmoins que sa première priorité reste la stabilité financière sur son marché interbancaire et sur les marchés obligataires.

Ainsi, une annonce pourrait intervenir. La Fed pourrait augmenter le taux d’intérêt sur les réserves excédentaires, actuellement à 0,07%. L’an dernier, le Trésor américain avait augmenté sa participation au marché interbancaire en offrant davantage de bons du Trésor. Cette participation sera réduite en milieu d’année ce qui contraindra les banques américaines à prêter leurs liquidités aux autres banques, plutôt que les investir en bons du Trésor. L’offre de liquidité sur le marché interbancaire augmentera et donc le taux effectif (IOER) se réduira, probablement en territoire négatif. Cette mesure n’est pas urgente et pourrait néanmoins attendre le 28 avril.

L’intérêt portera donc essentiellement sur la conférence de presse. Le nouveau plan budgétaire décuplera les émissions obligataires par le Trésor américain ces prochaines semaines. Si la Fed n’augmente pas ses rachats, alors (i) les taux pourraient fortement augmenter, (ii) la hausse d’USD par le Trésor américain pourrait soutenir celle du dollar. Dit autrement, la Fed est désormais sous pression pour agir.

A lire aussi...