La crise actuelle n’est pas comparable avec celle de 2008

BlackRock Investment Institute

1 minutes de lecture

L'économie repose sur des bases plus solides et, surtout, le système financier est beaucoup plus robuste aujourd'hui que lors de la tempête financière de 2008.

L'ampleur des mouvements des marchés financiers en réponse à la propagation de coronavirus rappelle à certains la crise financière mondiale. Cependant, nous ne pensons pas que cette situation soit comparable à 2008. L'impact du virus sera probablement important et marqué, mais nous pensons que les investisseurs doivent adopter une perspective à long terme et rester investis dans les marchés. L'économie repose sur des bases plus solides et, surtout, le système financier est beaucoup plus robuste aujourd'hui que lors de la crise de 2008.

Nous ne considérons pas cela comme un événement mettant fin à l'expansion économique - à condition qu'une réponse politique préventive et coordonnée soit mise en place. Et nous voyons des signes encourageants de concrétisation de cette réponse politique. Il faudra que ce soit un effort conjoint et décisif entre la politique budgétaire et la politique monétaire pour que cela soit efficace. Les principales vulnérabilités auxquelles il faut remédier sont les suivantes : les problèmes de trésorerie auxquels sont confrontées les entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises, ainsi que les ménages.

Le BlackRock Investment Institute a changé sa position modérément pro-risque en neutre il y a deux semaines alors que l'épidémie de coronavirus a commencé à se propager à travers le monde. Les autorités sont fortement incitées à prendre des mesures énergiques pour éviter qu’une insuffisance de moyens du secteur de la santé n’aggrave la propagation du virus. Cela entraînera probablement un ralentissement économique brutal et profond à court terme.

Le choc devrait être temporaire car l'épidémie finira
par se dissiper et l’activité économique devrait se normaliser.

Les mouvements du marché ont été aggravés par une chute des prix du pétrole de plus de 20% - en voie de réaliser la plus forte baisse quotidienne depuis le début des années 90 – lors du pacte de stabilisation des prix par les membres de l'Opep. La baisse des prix du pétrole devrait en fin de compte profiter à la croissance mondiale, mais elle risque également de provoquer des bouleversements financiers et économiques temporaires dans des secteurs tels que les exportateurs de matières premières des marchés émergents et certaines régions américaines pourvues de puits de pétrole à haut rendement.

C'est le moment pour les investisseurs de garder une perspective à long terme. La profondeur et la durée ultimes de l'impact économique du coronavirus sont très incertaines, mais nous pensons toujours que le choc devrait être temporaire car l'épidémie finira par se dissiper et l’activité économique devrait se normaliser - en supposant qu'une réponse politique nécessaire y soit apportée.

Nous conservons les pondérations de référence pour les actions et surpondérons les facteurs de qualité plus défensifs et de style à volatilité minimale. Nous favorisons la résilience du portefeuille, y compris les stratégies de trésorerie et d'investissement durable, et nous préférons toujours les bons du Trésor américain aux pairs à faible rendement pour le lest du portefeuille. Nous reconnaissons que les allocations aux bons du Trésor jouent leur rôle dans les moments d'incertitude élevée, mais nous voyons les risques d'une réduction du tampon contre des ventes massives sur marchés boursiers et d'un recul des rendements à partir de niveaux historiquement bas.

A lire aussi...