La «vague verte» – Perspectives placements de Raiffeisen

Matthias Geissbühler & Oliver Hackel, Raiffeisen

1 minutes de lecture

Du pragmatisme au lieu du populisme.

Arrivederci Mario! 

Mario Draghi quitte la présidence de la BCE après huit ans à sa tête, et n’avait pas de nouvelle impulsion à donner lors de sa dernière réunion. L’Italien avait déjà élaboré un train de mesures complet le mois précédent. La future politique monétaire européenne est désormais entre les mains de Christine Lagarde, personnalité appréciée de beaucoup, elle avait su rassurer à nouveau les esprits échauffés de Francfort. Or, l’ère de l’argent «bon marché» ne devrait pas arriver à son terme, y compris sous la direction de la Française. 

Troisième (et dernière) baisse des taux d’intérêt US

La Fed a baissé son taux directeur pour la troisième fois consécutive en octobre. Toutefois, à 1,75%, son taux directeur devrait rester à ce niveau pendant un certain temps. Si la situation économique mondiale ne se détériore pas davantage, l’«assurance» payée entretemps devrait être désormais suffisante. De son point de vue (et de celui des investisseurs), le conflit commercial reste sous étroite surveillance. En fin de compte, il faut que d’autres discussions suivent le «mini deal» conclu. 

Attendre le tournant

En ce qui concerne l’économie, il n’y a pas (encore) eu de véritable fin d’alerte en octobre. Les indicateurs avancés ne se sont stabilisés qu’à un faible niveau le mois dernier, mais le tournant vers de meilleurs horizons, tant espéré depuis un certain temps, ne s’est pas concrétisé. Enfin, l’incertitude politique persistante met les nerfs des acteurs économiques à rude épreuve, en particulier ceux des secteurs sensibles aux cycles économiques et tributaires du commerce. Au moins, les perspectives s’améliorent légèrement en ce qui concerne le sujet du «Brexit»: la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE sans accord devient de plus en plus improbable.

La saison des bénéfices meilleure que ce qu’on craignait

L’actuelle saison des bénéfices pour le 3e trimestre de 2019 suit la tendance éprouvée: les prévisions de bénéfices des analystes, qui avaient auparavant été revues à la baisse, ont été battues par la majorité des sociétés. Au total, il y a même une légère augmentation par rapport au même trimestre de l’année précédente. D’un point de vue saisonnier, les perspectives pour les prochains mois ne sont également pas aussi mauvaises que le sentiment pourrait le suggérer. 

Relèvement des actions européennes

Face à ce contexte, les marchés des actions pourraient continuer à progresser jusqu’à la fin de l’année. Les actions européennes, tendanciellement plus cycliques, devraient figurer parmi les gagnantes dans ce scénario. C’est pourquoi, nous avons relevé les actions européenne à une «légère surpondération» dans notre Tactique de placement. Concernant le Japon, en revanche, nous procédons à d’autres prises de bénéfices (désormais «fortement sous-pondéré»).

A lire aussi...