Elections de mi-mandat: un plan d’infrastructures plus conséquent?

Jim Lydotes, BNY Mellon Investment Management

1 minutes de lecture

Des compromis seront nécessaires sur les sujets majeurs. Cet équilibre bipartite pourrait donner lieu à un plan d’infrastructures sensé.

 

Lors de la course à la présidentielle de 2016, les infrastructures constituaient le seul point d’accord entre républicains et démocrates. Bien qu’aucun programme conséquent n’ait vu le jour dans ce domaine, l’administration Trump a levé de nombreuses contraintes réglementaires qui avaient été instaurées sous Barack Obama. Les politiques environnementales menées par ce dernier ont en effet ralenti la construction d’infrastructures énergétiques et de services publics. Depuis deux ans, l’assouplissement de certaines de ces politiques est considéré comme un atout pour le développement des infrastructures commerciales et énergétiques.

Un plan d’infrastructures stable
peut constituer un excellent levier économique.

Le maintien de la majorité républicaine au Sénat et la victoire du Parti démocrate à la Chambre des représentants seraient propices à l’élaboration d’un plan d’infrastructures plus conséquent. Le gouvernement américain est particulièrement efficace lorsque les pouvoirs sont équilibrés. Par ailleurs, des compromis seront nécessaires sur les sujets majeurs. Nous ne misons pas sur un renouveau massif des infrastructures américaines, mais cet équilibre bipartite pourrait donner lieu à un plan d’infrastructures sensé. Malgré les inquiétudes du président Trump, les périodes de repli sur les marchés ont souvent un effet catalyseur sur l’économie réelle. Dans un scénario de rééquilibrage des pouvoirs, un plan d’infrastructures stable peut constituer un excellent levier économique, y compris si la faiblesse des marchés boursiers perdure un certain moment.

La Chine applique cette politique depuis 20 ans en déployant des programmes d’investissements en infrastructures pour relancer son économie lorsque celle-ci montre des signes de faiblesse. Les États-Unis feraient peut-être bien de s’inspirer de cet exemple.

A lire aussi...