Crédit d'entreprise en Europe après six mois: le sens d'une fin

S&P Global Ratings

1 minutes de lecture

Le cycle du crédit ne se termine peut-être pas, mais l'impulsion du crédit s'affaiblira.

Alors que la croissance économique a dépassé son pic, que la politique monétaire se normalise et que les actifs à risque sont «évalués à la perfection», les craintes d'un retournement du cycle du crédit augmentent, selon un rapport publié aujourd'hui par S&P Global Ratings.

En termes fondamentaux, les perspectives européennes en matière de crédit aux entreprises semblent toujours favorables, les taux de défaut sur 12 mois se situant autour de 2% et, selon S&P Global Ratings, ne devraient pas dépasser 3% au cours des 12 prochains mois. Les avantages d'une forte reprise de la croissance économique mondiale se répercutent sur les flux de trésorerie, et les conditions de financement devraient demeurer favorables compte tenu des pressions inflationnistes encore modestes et du désir des banques centrales d'adopter une approche très graduelle de normalisation des politiques. Des «esprits animaux» plus forts se traduisent par un boom puissant dans les fusions et acquisitions mondiales et européennes.

Toutefois, il peut s'agir d'une période de calme avant la tempête. Etant donné la longue durée du cycle économique américain en particulier, on se demande quand le cycle du crédit prendra fin et ce qu'il signifiera. Dans un contexte européen, l'impulsion du crédit ralentit: la croissance a dépassé son pic, les achats nets d'actifs par le programme quantitatif de la Banque centrale européenne (BCE) devraient prendre fin en décembre, et les taux d'intérêt ont augmenté au Royaume-Uni et devraient augmenter dans la zone euro l'année prochaine. Mais le cycle du crédit européen n'est pas à un point d'excès: les taux annuels d'émission d'obligations et de croissance des prêts sont relativement modestes, la trésorerie des entreprises reste abondante, les marges bénéficiaires s'améliorent et les niveaux d'endettement sont élevés, mais s'assouplissent à mesure que l'EBITDA s'améliore.

A lire aussi...