Comment les entreprises mènent déjà l'action en faveur du climat

DWS

2 minutes de lecture

Graphique de la semaine de DWS. Environ 1’200 entreprises ont rejoint l’initiative «Science-Based Targets» dans 60 pays et couvrant 50 secteurs.


©Keystone

Les engagements des entreprises à réduire les gaz à effet de serre ont commencé à se généraliser dans les secteurs à fortes émissions. Il y a de fortes chances que nous assistions à une nouvelle accélération au cours des prochains mois.

Le Texas étant en proie à des pannes de courant, l'attention reste concentrée sur les plans des gouvernements visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pendant ce temps, cependant, de nombreuses entreprises continuent d'ajuster discrètement leurs pratiques en fonction des accords de Paris sur le climat, dans le cadre de l'initiative «Science-Based Targets»(SBTi). Lancée en 2015, l'initiative SBTi engage en fin de compte les entreprises signataires à suivre et à divulguer les progrès réalisés en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La question est de savoir quel niveau de participation
sera nécessaire pour déclencher un effet domino?

A ce jour, environ 1’200 entreprises ont rejoint cette initiative dans 60 pays et couvrant 50 secteurs, comme le montre notre «Graphique de la semaine» ci-dessous. Parmi celles qui se sont engagées à rejoindre la SBTi, environ la moitié des entreprises ont établi leurs objectifs à partir de données scientifiques. Il est encourageant de constater que la pandémie de COVID-19 n'a pas dissuadé les entreprises de rejoindre cette initiative. Depuis la fin de 2019, les entreprises ont rejoint la SBTi à raison de 31 nouveaux entrants par mois, soit plus du double du taux de nouveaux signataires sur la période 2015-2019. Il est important de noter que de nombreux signataires visent des réductions d'émissions non seulement dans leurs propres activités, mais aussi tout au long de leurs chaînes d'approvisionnement (également appelées objectifs «scope-three»). Dans son dernier rapport d'avancement, le réseau SBTi constate que 94% des entreprises ont désormais de tels objectifs «scope-three».Des études montrent que les émissions de la chaîne d'approvisionnement d'une entreprise sont en moyenne 5,5 fois plus élevées que ses émissions opérationnelles.

Dans le cadre de leurs propres activités, les entreprises du réseau SBTi ont en moyenne réduit leurs émissions de 6,4% par an depuis qu'elles ont fixé leur objectif. C'est bien supérieur à la réduction annuelle de 4,2% nécessaire pour respecter les lignes directrices de Paris visant à limiter le réchauffement climatique de 1,5ᵒC. De plus en plus, l'adhésion à la SBTi se répand également dans les secteurs à fortes émissions polluantes ou les secteurs dont les émissions sont difficiles à réduire, tels que le ciment et le béton. L'espoir est que lorsque certaines entreprises montrent la voie, d'autres sont plus susceptibles de les suivre. Par exemple, les progrès réalisés dans le secteur à fortes émissions du ciment et du béton pourraient catalyser les engagements dans d'autres secteurs à fortes émissions, tels que l'acier, le transport maritime, les métaux et les mines, où les avancées restent désespérément modestes.

La question est de savoir quel niveau de participation sera nécessaire pour déclencher un effet domino? Selon la SBTi, 20% pourrait constituer un taux d'obstacle critique. Et, fait intriguant, dans 16 pays de l'OCDE, plus de 20% des entreprises à fort impact, tel que mesuré par les émissions et la capitalisation boursière, ont déjà adopté les objectifs de la SBTi. D'un point de vue sectoriel, les engagements ont atteint une masse critique dans 14 secteurs, dont les biens de consommation durables, l'hôtellerie, l'habillement et l'alimentation et les boissons. 2021 pourrait être l'année où nous assisterons à une nouvelle accélération.

Les entreprises adoptant des objectifs scientifiques en matière d'émissions de gaz à effet de serre

Bleu: les entreprises qui s'engagent dans l’initiative SBTi
Vert: celles dont les objectifs ont été approuvés

A lire aussi...