BNS: Credit Suisse ne s'attend pas à une hausse du taux d'ici fin 2021

Maxime Botteron, Credit Suisse

1 minutes de lecture

La publication de la nouvelle prévision d'inflation suggère que la BNS n'a pas l'intention de modifier son taux directeur au moins jusqu'au premier trimestre 2023.

Comme prévu, la BNS a maintenu sa politique monétaire inchangée. Récemment, les pressions à l'appréciation du franc se sont atténuées et les dépôts à vue à la BNS suggèrent que cette dernière a cessé pour l'instant ses achats de devises étrangères. 

La nouvelle prévision d'inflation conditionnelle de la BNS reste visiblement inférieure à 2 % sur l'ensemble de l'horizon de prévision, ce qui laisse supposer que la banque centrale a l'intention de maintenir son taux directeur inchangé au moins jusqu'au premier trimestre 2023. Nous ne nous attendons pas non plus à ce que la BNS relève son taux directeur sur notre horizon de prévision (c'est-à-dire jusqu'à la fin de 2021). La BNS prévoit une contraction du PIB suisse d'«environ» 6%. (prévision du Crédit Suisse du 15 juin 2020): -4,0%).

La BNS continue de se concentrer sur les interventions en devises, et la formulation de la déclaration («la BNS reste disposée à intervenir plus fortement sur le marché des changes») indique clairement, à notre avis, que la BNS n'hésitera pas à acheter de grandes quantités de devises, si nécessaire. Nous estimons que la BNS a acheté pour 70 milliards de francs de devises étrangères entre mars et mai (10% du PIB de 2019). 

Au niveau actuel de l'EURCHF, il ne semble pas que la BNS soit disposée à intervenir. La BNS estime que le CHF est «très apprécié». Toutefois, la faiblesse du dollar pourrait déclencher de nouvelles interventions, selon nous, à moins que l'euro ne s'apprécie par rapport au franc suisse. La BNS a en effet constamment mentionné qu'elle tient compte de la «situation monétaire globale» lorsqu'elle décide d'intervenir sur le marché des changes. 

Attention: ce texte a été traduit avec un outil automatique.
 

A lire aussi...