Zone euro: l’inflation accélère en décembre à 1,3%

AWP

1 minutes de lecture

La progression des prix est toutefois bien en dessous de l'objectif de la BCE qui devrait prochainement assouplir davantage sa politique monétaire.

L’inflation en zone euro a accéléré en décembre à 1,3%, un taux qui reste néanmoins très en deçà de l’objectif de la BCE qui devrait, selon les analystes, continuer sa politique de soutien à l’économie.

«L’inflation a bondi mais ne vous excitez pas trop», a prévenu dans une note l’économiste du bancassureur néerlandais ING, Bert Colijn, commentant l’estimation provisoire publiée mardi par l’Office européen des statistiques, Eurostat.

«Les données de l’inflation en décembre vont soulager quelque peu les dirigeants de la BCE», a estimé son confrère de Capital Economics, Jack Allen-Reynolds. Néanmoins, selon lui, «la prochaine action de la BCE consistera probablement à assouplir davantage sa politique monétaire plutôt qu’à la resserrer en 2020».

Ce chiffre de 1,3% est totalement en ligne avec les prévisions des analystes interrogés par le fournisseur d’informations financières Factset. En novembre, le taux annuel d’inflation était de 1%.

Cette progression de l’inflation survient peu après l’annonce le mois dernier de Christine Lagarde, nouvelle présidente de la BCE, d’un réexamen de la politique monétaire. Il devra se pencher sur la persistance d’une faible inflation dans la zone euro malgré des mesures de relance importantes.

Un point central de la réévaluation, la première de la BCE depuis 2003, sera de savoir si l’objectif principal de maintenir l’inflation «proche de, mais en dessous» de 2% reste pertinent après des années de croissance anémique des prix.

En décembre, l’inflation sous-jacente (hors énergie, produits alimentaires, boissons alcoolisées et tabac, qui exclut par conséquent les produits particulièrement volatils), a stagné: 1,3% comme en novembre. Ce chiffre est conforme à ce qu’attendaient les analystes interrogés par Factset.

Pour Bert Colijn d’ING, une forte accélération de cet indice n’est pas pour demain. «Les prévisions d’une hausse soutenue de l’inflation sous-jacente semblent encore prématurées, car les pressions pour des hausses de salaires se sont atténuées récemment en raison de l’atonie et de l’incertitude de l’environnement économique», note-t-il.

A lire aussi...