USA: la confiance des consommateurs reprend de la vigueur

AWP

1 minutes de lecture

L’indice de l’Université du Michigan s’est établi à 96 points contre 93,2 points en septembre, contredisant les analystes qui tablaient sur une baisse à 89,9 points.

La confiance des consommateurs aux Etats-Unis s’améliore nettement en octobre alors que les ménages s’attendent à des revenus plus solides, ce qui pourrait doper la croissance, selon l’estimation préliminaire de l’enquête de l’Université du Michigan publiée vendredi.

L’indice de confiance s’est établi à 96 points contre 93,2 points en septembre, contredisant les analystes qui tablaient sur une baisse à 89,9 points.

«La confiance a repris de la vigueur début octobre, les consommateurs anticipant des gains de revenus plus importants et une baisse de l’inflation au cours de la prochaine année», a commenté Richard Curtin, le chef économiste en charge de cette enquête bimensuelle.

Il note ainsi que les prévisions de revenus réels ont atteint «leur niveau le plus important des deux dernières décennies».

En outre, des finances plus solides et des taux d’intérêt plus bas ont contribué à renforcer «modestement» les projets d’achat des ménages.

A l’approche des fêtes de fin d’année, cette tendance est de bon augure pour soutenir un peu plus la croissance américaine qui a ralenti au deuxième trimestre.

Pour autant, souligne Richard Curtin, «ces tendances favorables n’ont pas modifié les perspectives générales des consommateurs» pour l’économie américaine.

Un ralentissement de la croissance économique est toujours attendu, avec notamment une légère augmentation du taux de chômage au cours des douze prochains mois.

Sur le front de la politique commerciale, l’enquête montre que les tensions entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires, dont la Chine, ont continué à peser sur les perspectives économiques mais «leur impact négatif a légèrement diminué».

Parmi les sujets d’inquiétude, les tensions commerciales ont été citées spontanément par 29% des personnes interrogées, contre 36% fin septembre.

Fait notable, la procédure de destitution du président Donald Trump «n’a pas eu d’incidence négative importante sur les perspectives économiques, environ moitié moins que la grève de General Motors (3% contre 5%)», souligne Richard Curtin.

«Dans l’ensemble, les indicateurs laissent penser que les dépenses de consommation seront suffisamment fortes pour compenser la faiblesse des dépenses d’investissement des entreprises et permettre ainsi à l’économie de continuer à se développer jusqu’en 2020», conclut l’économiste.

Dans le détail, le sous-indicateur mesurant le sentiment à l’égard de la conjoncture économique actuelle est passé de 108,5 points à 113,4 points (+4,9 points), celui mesurant les attentes dans les six prochains mois a gagné 1,4 point à 84,8 points.

En août, l’indice de confiance des consommateurs était tombé à son plus bas niveau depuis décembre 2012 en raison d’une reprise de la guerre commerciale sino-américaine.

A lire aussi...