USA: la confiance des consommateurs moins bonne en janvier

AWP

1 minutes de lecture

L’indice de l’Université du Michigan est tombé à 79 points, contre 80,7 points en décembre.

La confiance des consommateurs américains a reculé en janvier après un rebond en décembre, plombée par la pandémie mais aussi par les événements qui ont secoué Washington au début du mois, selon l’estimation finale de l’enquête de l’Université du Michigan publiée vendredi.

L’indice est tombé à 79 points, contre 80,7 points en décembre, baissant un peu plus que prévu lors de l’estimation préliminaire publiée mi-janvier, qui le voyait s’établir à 79,2 points.

Richard Curtin, l’économiste en chef chargé de cette enquête bimensuelle, avait alors qualifié la baisse d’»insignifiante» au regard de «la terrible augmentation des décès liés au COVID-19, de l’insurrection (au Capitole) et de la (procédure de) destitution» visant le président sortant Donald Trump.

La confiance a baissé malgré l’adoption par le Congrès, dans les derniers jours de 2020, d’un plan d’aides supplémentaire de 900 milliards de dollars, comprenant notamment des chèques aux ménages et des aides pour les chômeurs.

Depuis le début de la pandémie, l’indice «n’a montré que de faibles variations, avec une moyenne de 81,5 points en 2020», souligne-t-il dans le communiqué de vendredi, ajoutant que les écarts sont généralement beaucoup plus élevés d’un mois à l’autre lors des crises économiques.

Richard Curtin explique cette stabilité par «le port de masques, la distanciation physique, le recours au télétravail et la distribution rapide de généreuses prestations fédérales», qui «ont contribué à absorber l’impact négatif de la pandémie sur l’économie ainsi que sur les finances personnelles.

Cependant, «il va sans dire que les niveaux de confiance sont bien inférieurs à la moyenne de 97 points de 2017 à 2019», ajoute-t-il.

L’indice avait grimpé à 101 points en février 2020, juste avant que la pandémie ne mette sous cloche l’activité économique de la planète. Il s’agissait alors de son plus haut niveau en 16 ans, depuis janvier 2004.

Pour 2021, «le COVID maintiendra la confiance des consommateurs au plus bas à court terme, mais (elle) s’améliorera à mesure que la crise sanitaire se dissipera progressivement», anticipe Oren Klachkin, analyste pour Oxford Economics, dans une note.

Vaccination, aides publiques, redémarrage du marché de l’emploi, mais aussi les économies qu’ont pu faire les Américains les plus aisés, «ont préparé le terrain pour une croissance record des dépenses de consommation à l’approche de l’été», ajoute-t-il.

A lire aussi...